Metrolínea se prépare à devenir opérateur de transport

-

Le maire de Bucaramanga, Jaime Andrés Beltrán Martínez, a souligné que Metrolínea assumerait la fonction d’opérateur de transport si le gouvernement national soutenait ce chiffre. Les transporteurs critiquent cette option et estiment qu’il s’agit d’une mesure désespérée pour l’achèvement de la concession de transport.

Le maire de Bucaramanga a informé que dans les prochains jours aura lieu une réunion de la Commission des accidents du Congrès de la République qui examinera l’état des systèmes de transports publics du pays. Il a déclaré que dans cet espace, la réalité de Metrolínea serait connue et des lignes de travail pour sa réactivation seraient proposées.

L’option pour Metrolínea SA, l’entité gestionnaire du Système Intégré de Transport de Masse (Sitm), de prendre également le relais en tant qu’opérateur de transport est sur la table. En effet, Vanguardia a appris que le Ministère des Transports et la Région Métropolitaine de Bucaramanga (AMB), en tant qu’autorité de transport, l’avaient autorisée à assumer ce rôle temporairement pour trois ans.

Cependant, le maire de Bucaramanga, Jaime Andrés Beltrán Martínez, a averti hier que l’option pour Metrolínea de devenir un opérateur de transport serait conditionnée à l’aide ou non du gouvernement national, sinon il faudrait rechercher des investissements étrangers.

Mais qu’est-ce que cela signifie pour Metrolínea SA d’être un opérateur de transport ?

Cela signifie que l’entreprise, dont la création avait pour objectif d’être une entité de gestion destinée à canaliser les ressources vers le développement du système de transport collectif, a la possibilité d’acquérir, de gérer et d’exploiter les autobus. Initialement, Sitm fonctionnait avec deux concessions de transport attribuées aux sociétés Metrocinco Plus et Movilizamos ; le contrat de cette dernière a été unilatéralement résilié pour non-respect. Sitm exploite actuellement une trentaine de bus Metrocinco Plus, dont la concession se termine en février 2025.

Le maire Beltrán Martínez a ajouté que le « plus grand » défi est de trouver le soutien du gouvernement national dans la structuration du système de transport collectif ; Il a expliqué que le fait que Metrolínea soit ou non un opérateur de transport sera défini dans un modèle en cours d’élaboration ; et « ce que nous voulons en ce moment, c’est désengorger Metrolínea, et ne pas dépendre de tiers pour fonctionner ».

Vous etes peut etre intéressé: “Metrolínea ne peut pas être liquidée parce que le gouvernement l’interdit”, déclare le maire de Bucaramanga

Étant donné que la concession de l’unique opérateur de transport Sitm se termine en février 2025, le maire de Bucaramanga a indiqué que les transporteurs de la région doivent s’intégrer dans le modèle et être dans la solution, c’est pourquoi il n’est pas envisagé d’introduire des entreprises de transport depuis d’autres endroits.

Pour l’instant, a poursuivi le maire, le travail est effectué sur deux fronts : premièrement, pour que la municipalité renforce le système afin que le gouvernement national investisse dans de nouvelles flottes de bus ; et deuxièmement, définir quel sera le modèle de l’entité gestionnaire pour sa régulation et la participation des entreprises de transports publics de la région.

Des avis partagés

Concernant Metrolínea SA en tant qu’opérateur de transport, le directeur de Metrocinco Plus, Freddy Cubides, a souligné que si l’entité gestionnaire n’a pas été en mesure de livrer les portails et de gérer la collecte, “je ne comprends pas comment elle veut être maintenant un opérateur.” . Il a ajouté qu’il ne voit pas Metrolínea embaucher des chauffeurs, payer le carburant et entretenir les bus alors qu’elle ne l’a pas fait.

“Le contexte est que la concession Metrocinco est remplie en 2025 et ils se sont laissés prendre en retard dans la structuration du nouvel appel d’offres.” Et il a souligné qu’il s’agit d’une mesure désespérée qui entraînerait des complications économiques pour Metrolínea.

Concernant la prise en compte par le maire des transporteurs, Cubides a déclaré que la nouvelle administration ne s’en est pas occupée jusqu’à présent. « Nous avons proposé des solutions, mais ils nous ont ignorés. »

Le conseiller Carlos Parra a déclaré que le fait que Metrolínea soit ou non un opérateur de transport est une formule qui ne représente pas une solution fondamentale. “Pour l’instant, ce que contient le Plan de Développement n’est rien d’autre que l’annonce de l’achat de cinq bus et cela est insuffisant pour la mobilité.”

Concernant la poursuite de la structuration du système avec les transporteurs de la région, Parra a souligné que toute solution doit commencer par unir les forces des acteurs de la ville, mais que “les règles du jeu doivent être claires pour éviter les conflits d’intérêts comme cela se produit actuellement”. les partenaires de Metrocinco sont les mêmes sociétés de Transport Public Collectif (TPC).

Le directeur de Transcolombia, Álvaro Pabón Ayala, a déclaré qu’il serait « absurde » que Metrolínea soit un opérateur de transport, car ce qui pourrait arriver, c’est qu’après quelques mois d’activité « un syndicat se forme, les chauffeurs se mettent en grève et Ils laissent un problème au bureau du maire. Dès que cela se produit, la ville se retrouve sans transport. “Ce serait le premier cas monstrueux en Colombie.”

Concernant les démarches avec la Mairie, Pabón Ayala a précisé que jusqu’à présent, la première réunion n’a pas eu lieu. “Nous attendons la rencontre avec le maire, car nous sommes la solution au problème.”

Le directeur de Transcolombia a déclaré que l’une des propositions des transporteurs est qu’une prolongation de sept ans et demi soit accordée à la concession actuelle avec l’engagement d’acquérir de nouveaux bus, que l’administration contribue à leur paiement et qu’ils recevront un paiement. pour l’exploitation et l’entretien des véhicules.

Les stations Sitm Metrolínea ont été victimes de vols et de dommages aux infrastructures dont le coût de récupération dépasse 16 milliards de dollars. Le maire de Bucaramanga a déclaré que la récupération de ces espaces doit commencer cette année, pour montrer au gouvernement national la volonté de récupérer le système et d’investir dans la flotte. Photo : Marco Valencia/Vanguardia

Face à la ville

Le directeur exécutif de Prosantander, Juan Pablo Remolina, a déclaré que les propositions visant à demander le soutien du gouvernement national pour acquérir une flotte, récupérer des gares et revoir Metrolínea en tant qu’opérateur de transport étaient appropriées. Il a ajouté qu’il est nécessaire d’aborder les responsabilités de l’entité gestionnaire, et a soutenu que le problème du transport est métropolitain et doit être résolu dans ce sens.

Johanna Cárdenas, directrice du programme Bucaramanga Metropolitana Como Vamos, a indiqué que les citoyens des 17 communes sont préoccupés par le manque d’un système de transport de qualité et a déclaré qu’avant de proposer des solutions, il est nécessaire de définir quoi faire avec ce qui existe aujourd’hui et quel rapport coût-efficacité pour liquider ou sauver le système. Il a conclu que le débat doit se tenir devant les citoyens.

-

PREV Ils demandent le soutien de Supersalud pour récupérer les dettes d’EPS
NEXT Le gouvernement a proposé aux universités une augmentation de 270% des dépenses de fonctionnement et il y aurait un accord