Boric demande au CDE d’évaluer la plainte pour “atteinte à la santé publique” par collusion

Boric demande au CDE d’évaluer la plainte pour “atteinte à la santé publique” par collusion
Boric demande au CDE d’évaluer la plainte pour “atteinte à la santé publique” par collusion
-

Il Le président Gabriel Boric a déclaré que la collusion sur le marché des gaz industriels, médicaux et spéciaux, qui aurait eu lieu au moins entre novembre 2019 et janvier 2021, c’est-à-dire au plus fort de la pandémie de Covid-19, peut représenter une « grave attaque » contre la santé publique.

Le Parquet National Economique a dénoncé les sociétés transnationales devant le Tribunal de Défense de la Libre Concurrence Indura et Linde et trois de ses dirigeants, pour avoir accepté un “pacte de non-agression”, une relation de “paix et d’amour” qui s’est développée dans un café de Las Condes pendant les jours de l’épidémie sociale et qui touché en 2020 un appel d’offres de l’hôpital Félix Bulnes pour la fourniture d’oxygène et d’autres gaz.

“Cela semble être un problème très étrange et complexe, mais juste pour que tout le monde le sache, (les deux sociétés) Ils ont artificiellement augmenté les prix de l’oxygène pendant la pandémie, au moment où les hôpitaux en avaient le plus besoin.“, a déclaré le président lors d’une activité dans la région d’O’Higgins.

“C’est scandaleux et nous ne pouvons pas l’accepter, car la collusion sur l’oxygène compromet non seulement le fonctionnement des marchés ou de certaines industries, mais aussi Nous avons un doute raisonnable quant à la possibilité que cela ait gravement affecté la santé publique, car l’un des patients touchés était l’hôpital Félix Bulnes, qui est l’un des plus grands de la région métropolitaine.“, détenu.

Le chef de l’État a souligné que le fait que les deux entreprises aient impliqué dans leur collusion l’approvisionnement du centre de santé “aurait pu compromettre la fourniture de leurs services dans les moments les plus complexes de la pandémie”.

“Il est difficile de croire que dans les moments où l’oxygène était le plus nécessaire, précisément, où tant de personnes ont perdu la vie, il y a des gens qui pensaient pouvoir faire des affaires illégalement au détriment de cet argent”, a-t-il condamné.

Pour cette raison, Boric a instruit la ministre de la Santé, Ximena Aguilera, que «porter l’information à la connaissance du Conseil de défense de l’État pour évaluer les actions en justice, car nous pensons que cela pourrait également constituer une grave atteinte à la santé publique et nous ne le permettrons pas. »

La veille, le ministre de l’Économie, Nicolas Grau, estimé à Coopérative que “la qualité des preuves est très élevée (…) très solide” de la part du FNE, “et donc nous voyons avec une forte probabilité qu’il y aura finalement une sanction”. Et il a estimé que, a posteriori, “il pourrait arriver que le Trésor finisse par demander une indemnisation pour l’hôpital”.

Dans sa demande, le FNE demande au TDLC d’appliquer des amendes aux avantages fiscaux pour un total de 37.999 Unités Fiscales Annuelles (UTA), équivalentes à 31,3 millions de dollars, environ 29 841 millions de pesos : le montant se décompose en 31,2 millions de dollars (29 732 millions de pesos) à titre de sanction contre Indura, et 114 392 dollars (109 millions de pesos) pour son directeur général, Marcelo Towers. Pour Linde, il demandait son exemption pour avoir eu recours à la « dénonciation compensée ».

-

PREV Patrimoine ancestral, culture et vision du monde : la communauté afro-colombienne de Nariño construit le tissu social et le développement
NEXT Apprenez cinq faits sur l’apiculture dans la Sierra Nevada de Santa Marta