L’ancien président Uribe accuse Petro d’avoir fomenté « la guerre civile » en Colombie

L’ancien président Uribe accuse Petro d’avoir fomenté « la guerre civile » en Colombie
L’ancien président Uribe accuse Petro d’avoir fomenté « la guerre civile » en Colombie
-

Bogotá, 11 mai (EFE).- L’ancien président Álvaro Uribe (2002-2010) a accusé samedi l’actuel président de la Colombie, Gustavo Petro, de vouloir déclencher une “guerre civile” dans le pays et de contester constamment la Constitution.

“Le président est l’instigateur de la guerre civile. Unissons-nous pour que cette guerre ne divise pas les citoyens, pour qu’elle soit celle du président contre toute la Colombie”, a déclaré Uribe, chef du parti d’opposition Centre démocratique, dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux.

La déclaration d’Uribe intervient un jour après que Petro ait assuré que son prédécesseur à la présidence, Iván Duque (Centre démocratique), était un « terroriste » pour le « meurtre » de dizaines de jeunes aux mains des forces publiques lors des manifestations de 2021.

“Lorsque 60 jeunes meurent, assassinés par l’État, brûlés, torturés, lorsque des milliers de jeunes sont arrêtés, la question devient alors : qui était le terroriste ? Qui doit être classé comme terroriste ?”, a demandé Petro lors d’un événement. Gouvernement à Cali, capitale du département du Valle del Cauca (sud-ouest) et épicentre de ces manifestations.

En ce sens, Uribe a assuré que “le président de la république, au lieu de réorienter les jeunes de Cali, dans le du soutien qu’il veut leur apporter, les incite davantage à la violence, applaudit leurs actes de violence”.

“Il leur répète que ma permanence en politique est un attachement au pouvoir alors que je devrais être reconnaissant que cette permanence lui ait permis de fonder son élection sur l’anti-uribisme”, a déclaré Uribe, qui a gouverné dans les périodes 2002-2006 et 2006-2010.

Il a également déclaré que Petro conteste la Constitution comme une mesure “dans son intention de déclencher une guerre civile entre compatriotes”.

“Œuvrons pour que le respect de la Constitution et le respect des idées d’économie fraternelle unissent davantage les citoyens (…) Que ce soit contre toute la Colombie, pour qu’il ne divise pas davantage les Colombiens”, a-t-il conclu. EFE

jga/nvm

-

PREV Le Conseil d’État ratifie l’élection de Chadán Rosado comme contrôleur du district de Santa Marta
NEXT Elles sont mère et fille et ont vécu l’expérience d’être parents d’accueil pendant deux jours