La piste de la société Dailycop dans la campagne présidentielle de Gustavo Petro | Actualités

La piste de la société Dailycop dans la campagne présidentielle de Gustavo Petro | Actualités
La piste de la société Dailycop dans la campagne présidentielle de Gustavo Petro | Actualités
-

Gustavo Petro, président de la Colombie.

Photo de : Juan Diego Cano

Un jour, avant que deux juges du Conseil National Électoral (CNE) ne présentent le projet de décision selon lequel la campagne politique qui a amené Gustavo Petro Urrego à la présidence aurait reçu beaucoup plus d’argent que prévu, les responsables de l’enquête ont reçu les élections témoignage clé. Le 7 mai 2024, les juges Álvaro Hernán Prada et Benjamín Ortiz Torres ont entendu l’ingénieur Omar Hernández Doux-Ruisseau, comme témoin possible de l’une des hypothèses de leur enquête : que la campagne Petro Presidente n’a pas rapporté plus de 1,23 milliard de dollars qu’une cryptomonnaie La société lui a apporté un apport en nature qui s’est traduit par l’utilisation d’un avion privé.

Le témoignage d’Hernández Doux-Ruisseau devant le CNE est le premier document officiel connu sur cette histoire puisqu’en avril dernier, on a appris que l’actuel président Petro et plusieurs personnes de son entourage avaient voyagé dans un avion privé lors de son mandat. campagne. Sa version coïncide avec ce que lui-même et son avocat, Víctor Muñoz, ont soutenu dans divers médias : que la société de cryptomonnaie Dailycop a offert au directeur de campagne, Ricardo Roa, un don en nature pour que le candidat de l’époque puisse voyager dans un avion de luxe. La présentation du CNE contient des fragments de la déclaration qu’ils ont recueillie à la hâte juste un jour avant de présenter le document devant la salle plénière.

Pour commencer, Hernández Doux-Ruisseau a déclaré que Dailycop était une société holding d’environ 14 sociétés qui a créé une application mobile en 2020 pour commercialiser ce qui serait la première crypto-monnaie avec un sceau colombien. Son entreprise, Spartan Hill, était l’une de celles qui participaient à ce syndicat d’entreprise dans lequel elle était chargée de servir de dataphone virtuel. Autrement dit, il a reçu la crypto-monnaie en ligne et était chargé de finaliser la transaction. “Nous fournissons également un service de conseil pour la création du token (la cryptomonnaie) de janvier 2021 à mars 2022”, a ajouté le témoin, qui répondait aux questions des responsables du CNE, par exemple une clé : que savait-il de Participation de Dailycop à la campagne.

Hernández Doux-Ruisseau a rapporté qu’en février 2022, il était en réunion avec Sebastián Betancourth, l’un des fondateurs de l’entreprise, et Ricardo Roa, directeur de campagne et actuel président d’Ecopetro, et son assistant. Selon son témoignage, il était présent à cette réunion pour expliquer quelle pourrait être la participation de Dailycop à la compétition électorale qui s’est terminée sur un sujet précis : faire don d’heures de vol en avion privé au candidat de l’époque et à son entourage, ce qui se traduirait par un don compris entre 1 000 et 2 000 millions de dollars. Ce que Hernández Doux-Ruisseau a précisé, c’est que lors de cette première réunion, aucun document n’a été signé, puisque cela s’est produit lors d’une autre réunion à laquelle il n’a pas participé.

L’affaire a été finalisée le 30 mars 2022 dans un contrat signé par Ricardo Roa, en tant que gérant, avec la compagnie aéronautique Sadi SAS pour la fourniture d’un service de vol de 120 heures. Même pendant la campagne, Armando Benedetti, actuel ambassadeur auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a publié une photo de lui et du président Petro dans l’avion privé. Cet enregistrement photographique a fait à nouveau l’actualité lorsque Radio Caracol a publié les premières preuves de la participation à la campagne de Dailycop, qui se serait tourné vers Sadi SAS pour la logistique des voyages négociés. Les problèmes sont survenus bien après la signature du contrat et, plus précisément, la controverse porte sur deux questions.

La première, que la campagne n’aurait pas rapporté tout l’argent qu’elle aurait reçu de l’entreprise. Deuxièmement, le parquet dispose déjà d’un épais dossier qui indique que l’entreprise aurait été, en réalité, un puissant collecteur d’argent illégal qui aurait volé des milliers de victimes. Concernant le premier scénario, ce que les magistrats du CNE ont découvert, c’est que, apparemment, la campagne Petro Presidente a caché un paiement de plus de 4 milliards de dollars qui a servi à payer les heures de vol utilisées par le candidat et son bataillon d’assistants. Selon la présentation, pour cacher le véritable montant versé par Dailycop, la direction de la campagne a modifié ou manipulé trois factures afin de ne pas rapporter la valeur réelle de la contribution.

Le premier, qui selon le projet de décision est le véritable, a été signé le 28 mai 2022, un jour avant le premier tour, et rapportait un total de 4 milliards de dollars. La seconde, datée du 29 mai, le prix est tombé à 2,27 milliards de dollars. Et le troisième, un jour plus tard, celui rapporté par la campagne, s’est terminé à 2,77 milliards de dollars. Comme on peut le lire dans la présentation, pour réduire la valeur, la campagne a réduit les heures de vol et « éliminé d’autres concepts. “Ce comportement est dû à une éventuelle manipulation des chiffres afin de ne pas dépasser la limite.” Cependant, les enquêteurs n’ont présenté aucune autre preuve, ni aucune explication pour la campagne visant à éliminer ces montants : les factures semblaient mauvaises parce qu’elles étaient facturées deux fois plus par erreur.

Concernant le deuxième scénario, la question est plus compliquée. Ce que le parquet a documenté, c’est que Dailycop aurait été une société de cryptomonnaie créée par des trafiquants de drogue invisibles qui avaient l’intention de blanchir leur fortune via cette plateforme. Une affaire qui, selon la police, est très rentable, puisque traquer l’argent illégal est presque impossible. Jusqu’à présent, ce que l’organisme d’enquête a révélé, c’est que l’entreprise aurait escroqué près de 200 000 personnes qui lui auraient confié plus de 130 milliards de dollars et n’auraient jamais reçu les bénéfices promis. Pour cette raison, six personnes ont déjà été capturées, dont l’auteur du témoignage pris en compte par le CNE, Omar Hernández Doux-Ruisseau.

L’ingénieur est détenu à Medellín, depuis octobre dernier le Parquet l’a accusé des délits de blanchiment d’argent, de conspiration en vue de commettre un délit, de collecte massive et habituelle d’argent et d’enrichissement illicite de personnes. Ce n’est qu’en avril de cette année qu’on a appris qu’il avait entamé un processus de collaboration avec le parquet, en lui proposant de parler du rôle de Dailycop dans le financement de la campagne. Le problème est d’autant plus grave que les autorités n’ont pas encore établi si une partie de l’argent utilisé pour acheter les heures de vol utilisées par l’actuel président provenait de l’argent des victimes de la société de capture apparemment illégale. On ne sait pas non plus si c’était même de l’argent provenant de trafiquants de drogue qui aurait payé pour créer cette application qui leur était adaptée.

Pour en savoir plus sur la justice, la sécurité et les droits de l’homme, visitez la section judiciaire de Le spectateur.

-

PREV Le coût caché de l’économie argentine
NEXT Dans la peau d’un pirate de l’air : « Parfois la réalité dépasse la fiction »