« On voit un groupe de camionneurs qui ont une demande plus politique que syndicale »

« On voit un groupe de camionneurs qui ont une demande plus politique que syndicale »
« On voit un groupe de camionneurs qui ont une demande plus politique que syndicale »
-

Dans le cadre de la grève des camionneurs qui affecte les itinéraires et la circulation, le délégué présidentiel de Tarapacá, Daniel Quinteros, a déclaré que les coupures de trafic sont « inacceptable dans une coexistence démocratique ».

Dans une conversation avec Radio Paulina, l’autorité a fourni une première évaluation de la situation, soulignant qu’« il y aurait trois ou quatre points de conflit » et que “Des informations font état de personnes et de travailleurs qui ne peuvent pas circuler dans cette zone.”

Quinteros a déclaré que « nous comprenons la revendication des citoyens pour plus de sécurité, et je crois que nous l’avons concrétisé par des actions très concrètes ».

En ce sens, il a souligné qu’ils ont été “le Gouvernement qui a le plus augmenté son budget en matière de sécurité, même avec 5,7% au cours du dernier exercice budgétaire, bien au-dessus des baisses que nous avions même constatées en matière de sécurité au cours des années précédentes.

“De même en ce qui concerne le processus législatif, nous avons plus de 50 projets de loi déjà entièrement traités en deux ans de gouvernement, ce qui nous place même au-dessus de tous les gouvernements précédents en termes de législation sur la sécurité, et nous avons encore des défis en termes de Ministère de la Sécurité Publique. , la loi sur le renseignement et d’autres discussions en cours », a-t-il expliqué.

Dans ce contexte, le délégué a déclaré qu’« il est difficile de comprendre » quelle est la raison de la mobilisation des transporteurs ou des manifestants « parce que La vérité est que ce que nous voyons est un groupe de camionneurs qui ont une demande plus politique que syndicale, et en fait, nous avons été autour d’une table de travail pour discuter des situations qu’ils nous ont présentées.

“Nous respectons les accords, les engagements que nous avons pris, et il y a sans aucun doute des choses dans lesquelles on pourrait continuer à avancer, mais il ne semble pas raisonnable au moins que ceux qui prétendent défendre la sécurité du pays mettent au défi en même temps, la sécurité de milliers de personnes qui, aujourd’hui, doivent se rendre dans les écoles, dans les universités, sur leur lieu de travail, dans leurs centres médicaux, et qui détournent les ressources policières nécessaires aux populations pour y répondre. situations d’ordre public, critiques.

A la question de savoir pourquoi la loi sur la sécurité intérieure de l’État, qui était auparavant appliquée pour empêcher ce type de manifestations, n’est pas appliquée, le délégué n’a pas exclu d’appliquer cette mesure et a indiqué que “le gouvernement du président Gabriel Boric” a déposé des plaintes auprès du loi sur la sécurité intérieure de l’État.

“Je me souviens très bien d’octobre 2022, lorsque nous avions une situation très similaire à celle que nous vivons aujourd’hui, la manière de débloquer ce moment était de passer des accords pour pouvoir résoudre le fond du problème, disons, mais pour pouvoir “Pour dissoudre les manifestations, nous avons dû appliquer les lois de la sécurité intérieure de l’État contre tous ceux qui perturbaient la libre circulation des personnes et en particulier la liberté de circulation, qui est un droit fondamental de toute personne dans une démocratie”, a-t-il expliqué. .

Localisation des routes Tarapacá

Dans le secteur Bajo Molle d’Iquique, sur la route A-1, il y aurait des réductions partielles d’environ 30 camions et la circulation des véhicules d’urgence mineurs serait autorisée.

Sur la route A-16, plus précisément dans le secteur Azufrera de la commune Alto Hospicio, il y aurait 30 camions et une centaine de personnes qui seraient également dans la même dynamique avec des coupures partielles, dans certains cas par intermittence.

De même, entre la route A-16 et la route A-610, il y a aussi un groupe de camions et de personnes dans la même dynamique avec une coupure partielle.

Concernant la situation à Pozo Almonte, en particulier au kilomètre 1.810 de la route 5 Nord, il y aurait une vingtaine de camions, des véhicules plus petits et des personnes qui seraient également stationnées sur place avec des barricades, des blocages totaux et intermittents.

J’aime:

J’aime Mise en charge…

-

PREV Le Conseil Municipal de Développement Rural 2024 a été installé
NEXT «Je me sens comme un travailleur d’acteur» – Divertissement