Le fils de Nabila Rifo s’exprime : “Je suis en prison, mais au moins ma mère est calme”

Le fils de Nabila Rifo s’exprime : “Je suis en prison, mais au moins ma mère est calme”
Le fils de Nabila Rifo s’exprime : “Je suis en prison, mais au moins ma mère est calme”
-

Un reportage de La Tercera a recueilli le témoignage de Luis Torres trois mois après avoir tué le compagnon de sa mère. Détails dans la note.

Deux fils de Nabila Rifo sont actuellement accusés du délit d’homicide qualifié, après avoir tué le compagnon de leur mère, Gerardo Bañares, en février 2024, à Coyhaique.

Auparavant, en 2016, Nabila s’était malheureusement fait connaître à l’échelle nationale après avoir été victime d’une agression brutale de la part de son précédent ex-partenaire, Mauricio Ortega, qui l’avait agressée en public et lui avait arraché les yeux.

Les détails des événements qui ont conduit à la mort de Gerardo Bañares ont été connus dans un reportage publié par le média La Tercera, dans une interview de Luis Torres, 20 ans, fils aîné de Nabila Rifo.

“Je lui ai dit que ce qu’il avait fait était mal.”

Selon le récit de Torres, Gerardo Bañares a commencé une relation avec sa mère en 2023, lorsqu’il s’est rendu chez Nabila en tant que mécanicien pour réparer un véhicule et, quelques semaines plus tard, il vivait dans sa maison.

Le rapport indique qu’à cette époque, Bañares avait des cas de violence domestique à Río Ibáñez et, petit à petit, il a commencé à montrer des facettes cachées de sa personnalité, comme une consommation problématique d’alcool.

“Il nous a dit ‘J’ai un petit travail avec un camion’. Il est arrivé quelques minutes plus tard et semblait guéri. Ma mère lui a demandé pourquoi si vite. C’était parce qu’il allait boire et fumer de la marijuana en secret. Il n’en a même pas mis un pour la maison. Il a apporté un sac de pain et il allait se coucher », raconte Luis Torres.

De là aux attentats contre Nabila, il n’y avait qu’un pas et en fait il a exercé une violence psychologique, comme vérifier le téléphone portable de son partenaire, supprimer des contacts et menacer de tuer un ami de Nabila, pour ensuite dégénérer en violence physique, comme une gifle ou une poussée comme l’a décrit Torres.

«Je lui ai dit que ce qu’il avait fait était mal. Elle m’a dit : “Je suis seule”. J’ai besoin d’un partenaire. Et nous lui avons dit que c’était bien, mais qu’il ne faut pas laisser ce fou guérir toute la journée. Il nous a dit de ne pas vous impliquer, s’il veut être en bonne santé”, raconte le jeune homme.

« À ce moment-là, raconte Torres, sa mère ne répondait plus. Quand il lui a crié dessus, elle est restée silencieuse. Luis Torres a entendu tout cela depuis sa chambre, au deuxième étage », indique le rapport.

Le 31 août 2023, Luis Torres et son frère YT ont signalé le mécanicien pour blessures légères, à laquelle s’est ajoutée une plainte d’office des Carabineros pour blessures légères contre Nabila Rifo.

La mort de Gerardo Bañares

Cette atmosphère de violence a atteint un point insoutenable dans la nuit du 1er février de cette année, lorsque Bañares est arrivé ivre à la maison familiale et a commencé à jeter des pierres à l’intérieur tout en criant de fortes menaces contre Nabila et ses enfants.

Luis Torres a quitté la maison avec une moufle, tandis que son frère de 17 ans, YT, tenait une batte avec laquelle il a frappé Bañares. Luis Torres assure qu’il a perdu tout sens une fois qu’il a commencé à frapper Bañares.

Le PDI s’est penché sur l’enquête sur l’affaire. Crédits : Journal régional Aysén.

« J’étais comme aveuglé, je ne me suis pas réveillé. Je n’avais pas réalisé ce que je faisais. C’était comme être dans un rêve. Puis je l’ai vu posé là. Je suis entré dans la maison et je me suis réveillé. J’ai vu cette foutue mitaine. «J’ai dit à mon petit frère, désolé», a-t-il déclaré à propos de cet événement sanglant.

Le parquet de Coyhaique conserve une vidéo de sécurité qui a enregistré le moment. “Au total, il a reçu 30 coups sûrs : 17 avec le gant de Torres Rifo et 13 avec la batte de baseball de YT.”

« D’après le rapport médical de l’hôpital, Bañares est décédé 59 minutes après minuit. Sa situation neurologique, ont indiqué les secours, était irréversible. Son crâne présentait plusieurs hémorragies, qui le remplissaient de sang à l’intérieur », détaille le rapport.

Après l’incident, Luis Torres s’est rendu au commissariat des premiers carabiniers de Coyhaique et son frère a ensuite été arrêté chez un parent.

“Je suis en prison, mais au moins ma mère est calme”

Luis Torres est en détention préventive et trois mois après l’incident, il affirme être calme. «Je suis très calme. Je suis en prison, mais au moins ma mère est calme. Personne d’autre ne le frappera jamais ou quoi que ce soit.

Pendant ce temps, YT est en détention préventive dans un centre de détention pour adolescents à Coyhaique.

Aujourd’hui, le défenseur pénal public de Luis Torres, Mauricio Martínez, cherche à démontrer que le jeune homme a agi en légitime défense : celle de sa vie et de sa mère, pour laquelle il espère être acquitté.

Par ailleurs, le ministère public affirme que l’affaire est loin d’être une affaire de légitime défense, puisque les frères ont commencé la bagarre et se sont jetés sur Bañares alors qu’il ne pouvait pas se défendre, ce qui constituerait un homicide qualifié de trahison.

Luis Torres a partagé que sa mère allait le voir à la prison de Coyhaique et a exprimé ses regrets d’avoir « mis dans la maison » Mauricio Ortega et plus tard Bañares.

« Le premier jour où il est venu, il était triste. Il me l’a dit, désolé mon fils. Les deux formaient son couple. Et elle se sent coupable parce qu’elle les a amenés dans la maison. Il nous a dit qu’il ne s’en était pas rendu compte avant et qu’il le regrette », a partagé le jeune homme, en attendant que la justice décide de son avenir et de celui de son frère.

Si vous souhaitez recevoir des nouvelles publiées dans le Diario Regional de Aysen, enregistrez votre email ici

Si vous envisagez d’utiliser le contenu de notre journal (textes ou simplement données) dans un média, un blog ou des réseaux sociaux, indiquez la source, sinon vous encourrez un délit sanctionné par la loi n° 17 336 sur la propriété intellectuelle. Ce qui précède ne s’applique pas aux photographies et vidéos, puisque leur reproduction à des fins d’information est totalement INTERDITE.

-

PREV Avec son départ, il a jeté son dévolu sur l’avenir
NEXT Milei a nié une dévaluation et a ciblé ceux qui parlent de retard de change : “Chantas”