Le magazine Verde Olivo fête ses 65 ans › Culture › Granma

Le magazine Verde Olivo fête ses 65 ans › Culture › Granma
Le magazine Verde Olivo fête ses 65 ans › Culture › Granma
-

La revue Verde Olivo, fondée par Fidel, Raúl, Camilo et Che, organe de presse officiel des Forces armées révolutionnaires (FAR), fête ses 65 ans d’existence. Depuis la parution de son premier numéro, le 10 avril 1959, sous forme de tabloïd, et jusqu’à aujourd’hui, il diffuse les traditions patriotiques, militaires et internationalistes de la Révolution cubaine.

La maison d’édition Verde Olivo présentera tout au long de cette année diverses publications spéciales, en hommage à un anniversaire aussi important. À la disposition des lecteurs, sous forme physique et sur le site Internet, la revue intitulée 65 ans de Révolution. Celui-ci rassemble certains des aspects les plus influents survenus au cours de sept périodes fondamentales de son histoire.

Il comprend des entretiens avec les fondateurs, les directeurs, les correspondants de guerre et les lauréats nationaux du journalisme, qui ont été des témoins directs de l’histoire de la Révolution et de la publication à ses différentes étapes.

En plus des photos des interviewés, sont également présentées des collections documentaires telles que des photographies, des couvertures représentatives et le premier numéro de la revue, qui sont préservées grâce aux efforts déployés par les travailleurs des Archives de la Maison d’édition Verde Olivo. Pour leur travail exceptionnel visant à faciliter la diffusion de l’histoire, ils ont également été reconnus dans cette édition.

Parmi les témoignages qui donnent du prestige à ces pages figure celui du journaliste et chercheur Eduardo Blas Yasells. En plus d’être l’un des fondateurs de la revue, il a été correspondant de guerre à Girón, de la lutte contre les bandits, de la crise d’octobre 1962 et a accompagné la délégation cubaine qui, présidée par le commandant en chef Fidel Castro Ruz, a assisté à la Réunion des non-alignés à Alger en 1973, entre autres missions.

Plus que ses anecdotes, il a raconté à la revue la relation de Guerrillero Heroico avec le journal, qui, sous le pseudonyme d’El Francotirador, écrivait sans relâche sur la politique internationale et des articles consacrés à la formation militaire, entre autres sujets.

«Il avait l’habitude de consigner soigneusement dans un journal personnel ses observations quotidiennes dans la Sierra Maestra. La grande majorité de ces notes parurent initialement à partir de février 1961 sous forme de chroniques dans la revue, et étaient généralement connues sous le titre collectif Passages de notre guerre révolutionnaire.

Il a également commenté que le Che, avant de publier ses œuvres, “a rassemblé plusieurs combattants dans son bureau, là-bas à la Banque centrale, pour avoir toutes les versions des événements, car il disait qu’il était dans un angle et qu’il devait tout raconter”. Une fois examinés par tous, ils ont été publiés.

Les récits de la guerre d’Angola écrits par ses protagonistes et l’accueil public, Juana Carrasco, lauréate du Prix national de journalisme José Martí pour l’œuvre de la vie, a parlé à Verde Olivo de ces récits et de bien d’autres encore. “Nous avons essayé de refléter, avec les couleurs de la réalité, la vie des militaires, des miliciens, des réservistes…”, a-t-il exprimé.

Il a notamment tenu à raconter comment le magazine a vécu la Période Spéciale en Temps de Paix, qui a contraint la presse militaire à fermer ses pages. Cependant, elle était calme car elle faisait confiance à la promesse faite par le général d’armée Raúl Castro : « Sa voix grave, ferme et claire, pleine d’optimisme, résonne encore dans mes oreilles. C’était aussi son engagement, réalisé selon les temps nouveaux, mais qui a garanti d’atteindre ce 65e anniversaire : Nous sortirons encore.

C’est comme ça que ça s’est passé. En juin 2007, le magazine renaît. Dès lors, il a connu un processus de croissance et d’évolution, jusqu’à passer aux plateformes virtuelles en 2020.

Depuis 65 ans, la publication et toute son équipe sont de fidèles soldats d’idées, revivant les moments glorieux de notre histoire. Avec un langage simple et direct, accompagné d’une visualisation suggestive, ils ont réussi à intéresser de plus en plus les lecteurs de tous âges à la vie de l’institution armée.

Après ce voyage dans le temps, l’édition spéciale, 65 ans avec la Révolution, a culminé avec les mots de l’actuel directeur, le Colonel (r) Roque Ernesto Garrió Andreu :

«Être directeur de la maison d’édition Verde Olivo, en plus d’un très grand honneur, est un engagement fort envers la direction des FAR, envers la haute stature des fondateurs de la publication et envers toutes les générations de révolutionnaires qui ont constitué son groupe de travail et l’avons construit.

-

PREV Couvre-feu et loi sèche décrétés à Jamundí, Valle del Cauca
NEXT Le pré-championnat du monde de water-polo aura lieu à Ibagué | ELOLFATO.COM