La justice envoie en prison les fraudeurs virtuels

La justice envoie en prison les fraudeurs virtuels
La justice envoie en prison les fraudeurs virtuels
-

La justice a décidé d’envoyer à la prison de Palmasola trois membres d’une organisation de fraudeurs virtuels, qui fonctionnait depuis plus de deux ans en prenant de l’argent à des individus et à des institutions sans méfiance de divers secteurs.

L’organisation a été démantelée lorsqu’elle a été découverte 11 personnes, dont sept prisonniers détenus de la prison de Palmasola pour des infractions pénales.

Tous ont été inculpés par le parquet, par l’intermédiaire de la propriétaire, Ana Luisa Heredia, pour délits d’escroquerie aggravée, d’organisation criminelle et d’association de malfaiteurs.

Cependant, hier matin, l’audience a eu lieu au Palais de Justice devant le juge de précaution Manuel Baptista, mais seulement pour quatre détenus. Les sept autres qui restent incarcérés seront placés en garde à vue ce lundi, selon les dispositions de l’autorité juridictionnelle.

Le juge Manuel Baptista a ordonné détention provisoire, à la prison de Palmasola, d’Omar Rodrigo Arias Sejas, identifié comme le meneur ; Mauricio Cabrera Coimbra et Kevin Ariel Delgado Pacora, tandis qu’une femme a été libérée avec des mesures alternatives.

Au cours de l’audience, le procureur Heredia a fait valoir que le réseau fonctionnait depuis près de deux ans et que ses victimes à plus de 400 personnes.

L’organisation a été démantelée par la Force spéciale de lutte contre la criminalité (Felcc) après des plaintes permanentes pour escroqueries virtuelles et téléphoniques contre diverses sommes d’argent.

Les agents Felcc ont surveillé jusqu’à ce qu’ils détectent que le réseau fonctionnait via un centre informatique dans une maison du quartier de Villa Primero de Mayo. Au moins quatre personnes y opéraient, tandis qu’à Palmasola, dans les pavillons 22 et 23, opéraient sept détenus déjà inculpés.

Selon les enquêtes, ils ont obtenu des cartes d’identité, falsifié des pages de diverses compagnies aériennes, escroqué avec des billets de voyage, créé des comptes bancaires au nom d’institutions, de particuliers et extrait de l’argent avec une grande habileté.

Le vice-ministre de l’Intérieur, Jhonny Aguilera, a assuré que tous les membres de l’organisation tournaient autour du leader du réseau. Il a assuré que le démantèlement de la gerbe nécessitait un suivi très minutieux de la part des agents, jusqu’à ce que tout soit découvert.

“C’était très difficile, presque impossible de remarquer les « tombeaux ». Il s’agissait de détenus et d’anciens prisonniers, tous poursuivis pour fraude, vol, homicide et autres délits”, a déclaré le vice-ministre. Selon l’enquête, le leader du réseau était sorti de prison il y a trois mois et se vantait d’être le frère d’un juge de la capitale.

Les sept détenus

Les personnes privées de liberté à Palmasola, qui ont opéré de l’intérieur et qui ont été inculpées, sont Wilson Caminas Méndez, Sadan Hugo Colque Carmona, Yocef Jael Ancieta Rodríguez, Denar Calderón Rodríguez, Luis García Pedraza et Cristian Diego Calderón.

Étaient isolés de leurs pavillons après avoir été découvert en train d’opérer avec des escroqueries aggravées. Le parquet a demandé au juge son arrestation et la possibilité d’être transféré dans d’autres prisons du pays.

Le directeur du régime pénitentiaire de Palmasola, Mauricio Romero, a déclaré qu’une coordination était en cours avec le Felcc pour exercer des contrôles rigoureux à Palmasola, qui a déjà atteint une population de près de 9 000 détenus.

Plus de contrôles

Après le démantèlement du réseau, les contrôles à Palmasola s’intensifient

Vers d’autres prisons

Les détenus qui opéraient pourraient être transférés vers d’autres prisons du pays

Lire aussi

Sainte Croix

Armes, argent et téléphones portables saisis lors d’une perquisition surprise à Palmasola

Plus de 250 policiers ont participé à l’opération

Lire aussi

Sainte Croix

Paulinho, le Brésilien accusé de trafic de drogue et d’organisation de rodéos taurins à Chiquitania, est envoyé à Palmasola

Malgré son riche passé dans son pays d’origine, Paulinho a vécu plus de 10 ans à San Matías, où il possède une propriété d’élevage et possède le plus grand amphithéâtre de rodéo de l’est de la Bolivie.

-

PREV Des physiciens de l’Université du Chili développent un modèle pour comprendre comment la turbulence est générée
NEXT Une ville de Neuquén est la deuxième avec le billet de bus le plus cher du pays