Ils ont ouvert une enquête contre un travailleur qui distribuait des médicaments à des patients psychiatriques

Ils ont ouvert une enquête contre un travailleur qui distribuait des médicaments à des patients psychiatriques
Ils ont ouvert une enquête contre un travailleur qui distribuait des médicaments à des patients psychiatriques
-

Le Ministère de la Santé a ordonné un renvoi administratif d’un travailleur de la Colonie de Santé Mentale Diamante à la suite d’une grave plainte déposée au niveau administratif et judiciaire par la directrice de ce centre de soins, Noelia Trossero.

La décision est contenue dans le décret n° 930 du 23 avril et reproche l’activité exercée par l’employé lors de la distribution de marijuana et de cocaïne aux personnes admises à la Colonie de Santé Mentale. La Santé l’accuse de “manquement à ses devoirs”.

L’enquête a été ouverte sur la base d’une “situation irrégulière” signalée par le directeur de la Colonie de Santé Mentale qui a “appris par l’intermédiaire d’un usager de l’hôpital que l’agent” HAZ “fournirait des substances psychoactives aux usagers”. L’ouvrier travaille dans l’échelle d’ouvrier et de maître.

Le décret révèle que “cet agent livrerait les substances – marijuana et cocaïne – dans les toilettes des chambres des usagers, en entrant par la porte arrière, un endroit que les caméras de sécurité de l’hôpital ne peuvent pas capter”.

Trossero a informé le procureur Gilberto Robledo, de l’unité fiscale Diamante, ainsi que l’organisme de révision de la santé mentale de la province, de cette irrégularité.

L’enquête comprenait un rapport réalisé par la psychologue Marcela Spessotti, qui a interviewé l’usager à qui le travailleur avait fourni de la drogue, “exprimant qu’il soutient son récit et qu’au moment des entretiens, il a été observé” calme, sûr de ce qu’il a fait. ‘” qu’il disait. Situé dans le temps et dans l’espace. Sans symptômes psychotiques”, précise le Rapport Santé.

Le ministère de la Santé et la Direction générale de la santé mentale sont intervenus dans l’affaire, tandis qu’au niveau judiciaire, le procureur Robledo a indiqué que l’affaire intitulée « Enquête préliminaire ESF n° 55 » a été déposée le 10 août 2023, « sans que personne n’ait été trouvé ». . » facturé dans son cadre.

Dans le cadre du traitement du dossier, la Direction générale des affaires juridiques du ministère de la Santé a rendu un avis et a estimé « que la gravité du comportement imputé à l’agent (…) compte tenu de sa qualité d’agent d’un établissement psychiatrique établissement de santé et étant donné que le domaine à clarifier est celui de la responsabilité administrative, différente de l’éventuelle responsabilité qui pourrait lui incomber dans le domaine pénal, son comportement relèverait vraisemblablement des motifs de licenciement.

Source : El Once

-

NEXT Les habitants de Catamarca disent au revoir à Silvia Pacheco en ligne