L’Église utilisera la Police pour expulser un père qui refuse de quitter le cimetière paroissial

L’Église utilisera la Police pour expulser un père qui refuse de quitter le cimetière paroissial
L’Église utilisera la Police pour expulser un père qui refuse de quitter le cimetière paroissial
-

Le diocèse de Santa Marta a ratifié ne permettra pas à Hernando Fajid Álvarez Yacub de continuer à gérer le cimetière de San Miguel, pas même avec les manœuvres juridiques qu’il a mises en œuvre pour rester à cette place.

(Aussi : Barranquilla face à la canicule : recommandations de la mairie pour protéger la santé)

L’Église a embauché un cabinet d’avocats assumer ce processus, qui est passé des lois ecclésiastiques aux lois judiciaires, pour exclure Álvarez Yacub de cette paroisse.

Fajid a déclaré sa désobéissance en tant que prêtre, ignorant un ordre de transfert et continuant à célébrer les messes malgré l’interdiction de le faire.

Avocat Diego Duque, représentant légal du diocèse de Santa Marta
a déclaré avoir déjà déposé une demande formelle pour expulser Fajid du cimetière dans les plus brefs délais.

De même, il a précisé que même avec la figure administrative privée qu’Álvarez a créée illégalement, il ne pourra pas rester dans le cimetière, qui doit être régi par l’ordre ecclésiastique.

Duque a assuré que «Cette personne n’a pas le pouvoir ou l’autorité pour gérer ou servir de parent sur ce site.».

L’avocat a également mentionné que depuis décembre, lorsque le transfert de Fajid a été ordonné, le diocèse a cessé de recevoir des informations sur les revenus provenant des services religieux et funéraires qui y sont offerts.

Ce père dans sa rébellion a kidnappé et a géré le cimetière comme un magasin. Il n’y a aucun moyen de parvenir à un accord, et le seul moyen est l’expulsion », a déclaré le représentant légal.

L’expulsion devrait avoir lieu dans les prochains jours

Le diocèse cherche à récupérer la propriété et la gestion du cimetière, et demande également à Fajid de déclarer et de restituer l’argent qu’il a reçu cette année.
L’ordre d’expulsion contre le père rebelle sera émis dans les prochains jours et devra être exécuté immédiatement par le personnel de la police métropolitaine.

(Lire : Atlántico : audit ordonné suite à une plainte concernant des écoles fantômes à Soledad)

De son côté, Fajid Álvarez Il a déclaré qu’il disposait de plus de 1 500 signatures de propriétaires de coffre-fort qui le soutenaient pour continuer à être l’administrateur. Il affirme également être victime de persécutions de la part de l’évêque de la ville.

Par Roger Urieles
Pour EL TIEMPO Santa Marta
Dans X : @rogeruv

-

PREV il aurait ordonné aux soldats de cuisiner et de nettoyer sa maison
NEXT Le grand défi de Rosa Devés, la rectrice de l’Université du Chili, en pleine protestation pro-palestinienne