Le Parlement andin déclare l’Amazonie en état d’urgence : le Pérou est le troisième pays de la région avec la plus grande perte de forêt

Le Parlement andin déclare l’Amazonie en état d’urgence : le Pérou est le troisième pays de la région avec la plus grande perte de forêt
Le Parlement andin déclare l’Amazonie en état d’urgence : le Pérou est le troisième pays de la région avec la plus grande perte de forêt
-

Photographie d’archive d’un incendie en Amazonie brésilienne. EFE/Raphaël Alves

Le Parlement andin, composé de Pérou, Bolivie, Colombie, Équateur et Chilia déclaré l’état d’urgence dans le bassin du Amazonequi abrite plus de 10 % des espèces connues dans le monde, et essentielle pour son rôle dans la régulation du climat et du cycle de l’eau.

Selon le portail Servindila résolution a été adoptée le 16 mai et publiée le 21 mai 2024dans le but de coordonner les efforts pour conserver cette région confrontée à de graves menaces dues à la déforestation et aux activités illégales.

La déclaration appelle les pays développés à assumer leur responsabilité commune, en apportant un soutien financier et technique à la conservation du Amazonequi fournit de l’humidité à toute l’Amérique du Sud et influence les précipitations de la région.

Selon le rapport Amazon, préparé par le Groupe de travail de haut niveau pour l’Amazonie du Parlement andinla région a subi une déforestation de plus de 17 %, avec 17 % supplémentaires de superficie dégradée.

Le militant péruvien Carlos Ángelesl’un des co-présentateurs du rapport avec Panel scientifique pour l’Amazonieprévenu que, si la déforestation dépasse 25%l’Amazonie pourrait entamer un processus d’autorégulation qui la transformerait en un écosystème de type savane, ce qui aurait des conséquences dévastatrices à l’échelle mondiale.

Parallèlement, outre les impacts environnementaux, la région amazonienne est confrontée à une crise des droits humains en raison de la domination du crime organisé. Eh bien, des activités telles que l’exploitation forestière illégale, le trafic de drogue et l’exploitation minière illégale sont largement répandues, aggravant la situation.

Ángeles a souligné : Le silence complice de cette crise ne favorise que les mafias qui en profitent […] Cette déclaration n’est qu’un point de départ et doit être accompagnée d’autres actions recommandées dans le rapport”, selon Servindi. Il a également souligné la nécessité d’une mobilisation internationale immédiate pour protéger l’avenir de l’Amazonie et la vie sur la planète.

Depuis 2015, les organisations indigènes Orpio, Orau et Aidesep réclament que l’État protège les corridors territoriaux de Piaci. Photos : ORPIO/Composition Infobae

Actuellement, le Pérou est classé troisième pays dans le classement Région amazonienne avec la plus grande perte de forêt primaire, juste derrière le Brésil et la Bolivie, avec respectivement 1,4 million et 245 177 hectares détruits, selon le Projet de surveillance de l’Amazonie andine (MAAP).

Par exemple, entre 2001 et 2022, le pays a perdu plus de 2,9 millions d’hectares de forêt amazoniennetémoignant d’un modèle inquiétant d’expansion agricole, notamment de culture de palmiers à huile et d’activités de communautés religieuses, telles que les mennonites, et d’exploitation minière illégale.

Concrètement, en 2022, une augmentation de 6% de la déforestation a été observée par rapport à l’année précédente, affectant notamment les fragments forestiers de moins d’un hectare et entre un et cinq hectares.

Données du ministère de l’Environnement (Minam), accessibles via le portail Géobosques, montrent que les départements de Huánuco, San Martín, Loreto, Ucayali et Madre de Dios Ce sont les plus vulnérables à la déforestation, cette dernière étant durement touchée par l’exploitation aurifère. Ces activités non seulement dégradent l’environnement, mais menacent également le mode de vie des communautés autochtones.

Alors que les départements aiment Amazonas, San Martín et Loreto montrent des augmentations plus importantes de la déforestation par rapport à 2021, liées à des activités illicites telles que l’exploitation minière illégale et le trafic de drogue.

Cependant, le la déforestation Elle est principalement concentrée dans les régions de Ucayali, Loreto, Madre de Dios, San Martín, Huánuco et Junínqui représentent 86 % de la déforestation totale de l’Amazonie péruvienne en 2022.

-

PREV “Il me l’a dit le jour même” : le frère de María Elcira confirme une phrase révélatrice qu’il a également partagée avec sa belle-fille
NEXT Panique à San Gil ! Incendie maîtrisé dans un camion-citerne