Le Service de Réinsertion Sociale des Jeunes Tarapacá disposera d’un nouveau centre fermé à Alto Hospicio

Le Service de Réinsertion Sociale des Jeunes Tarapacá disposera d’un nouveau centre fermé à Alto Hospicio
Le Service de Réinsertion Sociale des Jeunes Tarapacá disposera d’un nouveau centre fermé à Alto Hospicio
-

Après plusieurs années d’attente, le nouveau centre d’hospitalisation temporaire et à régime fermé pour les jeunes sera une réalité.

Ceci, après que le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Luis Cordero, ait fait cette annonce et visité, en compagnie de la directrice régionale du Service de réinsertion sociale des jeunes (SRJ) de Tarapacá, Liliana Romero ; le ministre de la Justice, Pablo Valenzuela ; et le délégué présidentiel de Tarapacá, Daniel Quinteros, le terrain où sera construit ce nouveau et moderne établissement de justice pour mineurs, situé à côté de la prison concédée Alto Hospicio.

« De ce côté (de la prison) sera aménagé le nouveau centre de justice pour mineurs, dans le cadre de la mise en œuvre de la zone nord, conformément à la loi qui établit l’installation progressive du Service de Réinsertion Sociale des Jeunes. Cela permettra le développement d’un centre pénitentiaire important dans cette zone. Il est possible, à l’avenir, de continuer à développer de plus grandes infrastructures pour le Service de Réinsertion Sociale des Jeunes et pour la prison, puisque cet espace permet de combiner sécurité et réinsertion », a commenté le ministre Cordero.

Selon les informations du ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, le projet de conception du nouveau centre fermé est en cours d’appel d’offres public. Une fois le projet final disponible, commencera la construction de la nouvelle installation, qui sera sous l’administration du SRJ de Tarapacá.

Pour la directrice régionale du SRJ, Liliana Romero, l’annonce du secrétaire d’État est une très bonne nouvelle pour la région, « puisqu’il s’agit d’une initiative très attendue, qui permettra de déplacer le centre fermé d’Iquique dans un nouveau établissement doté d’une infrastructure moderne, « qui optimisera le travail que nous effectuons en tant que service pour assurer la réinsertion et l’intégration sociale de nos sujets soignés ».

Selon le projet, le nouveau complexe aura une superficie d’environ cinq mille mètres carrés, où seront situés les bureaux administratifs du centre, les services généraux, l’entrepôt et une zone pour la Gendarmerie. L’établissement disposera de modules d’hospitalisation temporaire et d’hospitalisation fermée, d’une capacité de 72 places pour hommes et femmes. De plus, il disposera d’une école, d’un gymnase, d’ateliers de travail et complémentaires, d’un espace de santé physique et mentale, entre autres.

Le ministre Cordero a expliqué que ce centre fermé dans la région, comme dans d’autres localités du pays, « vise à générer de nouvelles opportunités pour les jeunes en conflit avec la justice. C’est pourquoi nous avons besoin d’une infrastructure conçue à cet effet, puisque ces centres ont non seulement pour objectif la garde et le respect d’une mesure ou d’une sanction, mais permettent également la réinsertion des jeunes dans la société.

-

PREV Accident CHOQUANT à Merlo : il conduisait sa moto à toute vitesse, a heurté un poteau et est décédé
NEXT Les pays non alignés, le G77 et la Chine exigent l’exclusion de Cuba de la liste des pays qui parrainent le terrorisme › Monde › Granma