L’Argentine considère que le mandat d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est erroné

-

“L’Argentine considère comme erronée et rejette la comparaison faite par le procureur entre les autorités légitimes d’un État démocratique et les dirigeants d’une organisation terroriste responsables de crimes brutaux”, Le ministère des Affaires étrangères a indiqué dans un communiqué partagé ce mercredi.

Le texte précise également que «La décision remet en cause le droit de légitime défense exercé par Israëlreconnu par le droit international et que revendique l’Argentine”.

Javier Milei Benjamin Netanyahu Israël.jpg

Javier Milei avec Benjamin Netanyahu.

Il s’agit d’un nouvel exemple qui réaffirme la position que le gouvernement libertaire cherche à occuper dans la géopolitique mondiale en s’aligner sur des pays comme les États-Unis et Israëloffrant à ce dernier sa solidarité “indéfectible”.

Il a en outre estimé que cette situation “ajoute des obstacles aux efforts visant à obtenir la libération des otages encore aux mains du Hamas, l’arrivée de l’aide humanitaire et une solution à long terme à la crise”.

La demande d’arrestation du Premier ministre israélien

Il Procureur de la Cour pénale internationale, Karim Khana demandé lundi des mandats d’arrêt contre Netanyahu et son ministre Yoav Gallant pour « affamer délibérément des civils », « homicide intentionnel » et “extermination et/ou meurtre” dans la bande de Gaza.

Benjamin Netanyahou.

Benjamin Netanyahu a été accusé par la CPI de crimes de guerre.

Par cette demande, le procureur accuse le Premier ministre israélien d’avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité dans les actes survenus récemment sur le territoire où vivent plus de 500 000 personnes. Selon les données du ministère de la Santé de Gaza, 35 709 Palestiniens sont morts, principalement des civils, à cause de l’offensive de représailles lancée par Israël, après l’attaque du Hamas le 7 octobre.

À son tour, Khan a demandé mandats d’arrêt contre trois dirigeants du mouvement palestinien Hamas pour des crimes tels que « l’extermination », « le viol et autres actes de violence sexuelle » et « la prise d’otages en tant que crime de guerre » en Israël et à Gaza.

La Cour pénale internationale, basée à La Haye (Pays-Bas), Elle a compétence en matière de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité, de génocide et d’agression. Elle compte 124 membres, parmi lesquels ne figure pas Israël, qui ne reconnaît pas l’enquête sur la situation dans les territoires palestiniens occupés.


#Argentina

-

PREV DMC prévoit de fortes pluies dans quelques heures dans le centre du Chili et émet deux alarmes météorologiques pour les prochaines heures
NEXT Le pompage de l’eau à Cienfuegos a été déplacé des heures de pointe