Le Parlement discutera ce jeudi du DNU qui nomme Ascárate à la tête de l’Ersept

Le Parlement discutera ce jeudi du DNU qui nomme Ascárate à la tête de l’Ersept
Le Parlement discutera ce jeudi du DNU qui nomme Ascárate à la tête de l’Ersept
-

Le citron, hors de l’ordre du jour.

Les législateurs rentreront dans les locaux ce jeudi, lors d’une séance ordinaire dont la question centrale sera le DNU qui désigne José Ricardo Ascarate en qualité de commissaire aux comptes de l’Entité de Régulation des Services Publics (Ersept) jusqu’en octobre 2027.

Hier s’est tenue la réunion de la commission parlementaire du travail, présidée par le lieutenant-gouverneur Michael Acevedodans lequel l’ordre du jour de la prochaine convocation au lieu a été défini.

Lundi dernier, le gouverneur Osvaldo Jaldo a envoyé le décret de nécessité et d’urgence le 24/4, dans lequel Ascárate a été nommé contrôleur d’Ersept jusqu’à la fin de l’administration actuelle.

Acevedo a souligné qu’en outre, une initiative de la police sera discutée pour avancer dans les promotions dans la force. “Nous considérons que cela est important dans les conversations conjointes (avec ce secteur)”, a souligné le président du Parlement.

Il a également évoqué le projet de loi visant la création d’un portail web pour la participation citoyenne. « C’est quelque chose de nouveau. Tout citoyen pourra accéder à la page et soumettre une demande de loi ou de proposition de loi qu’il souhaite présenter », a-t-il conclu.

En attendant, le projet envoyé par le Parlement européen pour créer l’Institut de Promotion du Citron (IFL), une proposition qui a divisé les eaux dans le secteur des agrumes, n’est pas non plus envisagé pour cette session.

Cette semaine, la Commission de Production a émis un avis favorable à l’initiative, tout en apportant une série de modifications au texte original, éliminant les points qui avaient suscité des controverses parmi les hommes d’affaires.

De toute façon, ce projet n’était pas inscrit à l’ordre du jour. En effet, lors d’une récente réunion avec des représentants du secteur des agrumes, le chef du bloc péroniste Roque Tobias Álvarez les avait exhortés à présenter des « alternatives améliorées » ; en particulier, en pensant à la protection des 50 000 sources d’emploi que cette industrie génère à Tucumán, et dans le but de récupérer les ressources d’un million de dollars qui ont cessé d’arriver à la province en raison de l’exportation de ce produit.

-

NEXT León ou Leopardo ? La Colombie aura un nouveau champion de Ligue ce samedi