Le Chili demande à Israël de se conformer aux mesures de la CIJ et d’arrêter “immédiatement” l’offensive à Rafah

Le Chili demande à Israël de se conformer aux mesures de la CIJ et d’arrêter “immédiatement” l’offensive à Rafah
Le Chili demande à Israël de se conformer aux mesures de la CIJ et d’arrêter “immédiatement” l’offensive à Rafah
-

Le gouvernement chilien a apprécié la décision de la Cour internationale de Justice (CIJ), qui a appelé à l’arrêt de l’opération militaire israélienne à Rafah, au sud de la bande de Gaza, et a exhorté l’État juif à se conformer à la décision de la Cour.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que « le Chili apprécie particulièrement la demande de la CIJ visant à ce que l’État d’Israël arrêter immédiatement son offensive militaire à Rafah et garder le passage de Rafah ouvertpermettant la fourniture de services de base et d’assistance humanitaire.

Le ministère s’est également félicité que la principale instance judiciaire des Nations Unies demande à Israël “d’adopter des mesures pour garantir l’accès à la bande de Gaza à toute commission d’enquête mandatée par les organes compétents des Nations Unies pour enquêter sur les allégations de génocide”.

C’est la troisième fois que la CIJ émet des mesures de précaution contre Israël depuis que l’Afrique du Sud a engagé le 29 décembre une procédure dénonçant l’État juif pour violation de la convention sur le génocide de 1948.

Cette ordonnance de la CIJ intervient la même semaine où le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), un autre tribunal situé à La Haye, a demandé l’autorisation d’émettre des mandats d’arrêt contre Netanyahu et son ministre de la Défense, Yoav Gallant, ainsi que contre les principaux dirigeants du Hamas. , pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité présumés à Gaza depuis octobre.

Depuis le début de l’offensive, Près de 36 000 personnes ont été tuées par les tirs israéliens dans la bande de Gaza et près de 80 000 ont été blessés, selon les données du ministère de la Santé de l’enclave palestinienne, gouvernée par le Hamas.

Avec près de 500 000 personnes, Le Chili abrite l’une des plus grandes communautés palestiniennes en dehors du monde arabe et le président Gabriel Boric est un défenseur reconnu de la cause palestinienne, même s’il a toujours rejeté la rupture des relations diplomatiques avec Israël.

Le Chili a reconnu la Palestine comme un État « libre, indépendant et souverain » en 2011, sous le premier gouvernement de Sebastián Piñera (2010-2014).

-

NEXT Les habitants de Catamarca disent au revoir à Silvia Pacheco en ligne