Tomás Fernández, figure marquante de la littérature cubaine, est décédé (+Photos)

-

Plusieurs sites numériques ont publié ce samedi la triste nouvelle, notamment l’institution littéraire de La Havane, qui lui fait ses adieux « avec la certitude que sa personnalité et son œuvre resteront parmi nous et parmi tous ceux pour qui son œuvre constituera un héritage d’utilité et connaissance”.

Tomás Fernández Robaina, notre bien-aimé Tomasito est décédé, pour ses collègues bibliothécaires et aussi pour ceux qui l’ont connu à Cuba et au-delà de ses mers, Tomasito incarne l’histoire de la Bibliothèque nationale des six dernières décennies, un lieu qu’il considérait comme sa propre maison. , indique le message sur le site Internet de l’entité.

Bibliographe, chercheur sur la culture cubaine, sur nos racines africaines, sur l’histoire sociale du peuple noir à Cuba, ainsi que professeur, essayiste, promoteur culturel, mais surtout bibliothécaire – avec des majuscules – comme il l’a toujours exprimé dans chaque forum où il éleva la voix.

Sa production intellectuelle profonde et essentielle est et sera une référence pour la culture cubaine. Un esprit rebelle et anticonformiste comme le sien, un marron, ne meurt pas, il reste vivant, ajoute l’article de la Bibliothèque nationale, où il travaillait depuis 1962.

Diplômé en Information Scientifique et Technique et Bibliothéconomie en 1980, Tomás Fernández est né dans le quartier de San Isidro à La Havane le 7 mars 1941 et à 83 ans d’existence intense, il a cessé de briser les formalités et d’accentuer l’irrévérence pour se placer définitivement dans la mémoire et l’âme. de la nation qu’il a défendu jusqu’à son dernier souffle, souligne le portail Cubarte.

Sa carrière se distingue par les ouvrages Mémoires secrètes de deux femmes publiques (1984), Bibliographie des bibliographies cubaines (1985), Le Nègre à Cuba : 1902-1985 (1990), Talk Paleros et Santeros (1994, 1ère éd.), Contes. des femmes publiques (1998), Notes pour l’histoire de la Bibliothèque nationale (2001), entre autres.

De même, il a enseigné des cours de premier cycle et des cycles supérieurs à Cuba, aux États-Unis, au Nigeria et en Guadeloupe, ainsi que des conférences au Mexique, au Venezuela, en Allemagne, en Espagne, en Colombie, en Martinique et au Canada.

ode/amr

-

PREV Ils qualifient Prensa Latina d’incontournable en France
NEXT Plans après la loi des bases