Le « culiadazo » à Cordoue – PCR

Le « culiadazo » à Cordoue – PCR
Le « culiadazo » à Cordoue – PCR
-

Ce 25 mai, et sans avoir pu conclure l’accord qu’il envisageait, Milei est venu à Cordoue pour organiser un événement au Cabildo, au cœur de la ville. Le gouverneur Llaryora l’a reçu avec respect, regrettant que la Loi Base n’ait pas été approuvée et demandant aux habitants de Cordoue que la venue du Président soit une « célébration ».

Dès les séances plénières des centrales syndicales, des syndicats et des organisations, le désaveu s’est organisé. La CGT régionale et la CGT de Cordoue, le CTA et le CTAA, l’UTEP, le CCC et le PCR y ont participé, ainsi que d’autres organisations qui se joignent aux plénières ouvertes. Un rassemblement a été convoqué au coin historique de Colón et Gral à midi.

Lors de la séance précédente, une accolade de solidarité a eu lieu avec Radio Nacional, pour la défense des médias publics et autogérés, des salaires et de la liberté, mais aussi de la presse. Là, les collègues de Cispren ont tenu une radio ouverte pendant que les manifestants se rassemblaient.

La concentration a été massive et combative, de nombreux syndicats étaient présents, un drapeau de « MILEY CULIADAZO » phrase qui est devenue virale et a généré des actions sur les réseaux les jours précédents. Ilda Bustos du syndicat régional CGT et graphique, Urbano de la CGT Córdoba et de l’UOM ont pris la parole depuis la tribune, qui ont valorisé « l’unité pour faire face à cette politique qui nous veut à genoux », « c’est le Cordoba de Cordobazo, que Milei fasse ne vous y trompez pas, le pays N’EST PAS À VENDRE.

Le syndicat ATE a bloqué l’aéroport très tôt et a été réprimé. Des répressions et des arrestations ont également eu lieu à proximité de l’événement. La police de Cordoue a lâchement attaqué un enseignant à la retraite, blessant notamment deux journalistes qui couvraient la visite présidentielle. NOUS REPUTONS la répression contre les manifestants.

La venue de Milei à Cordoue n’était PAS une fête, elle a été rejetée par le peuple et le mouvement ouvrier de Cordoue.

Correspondant

-

PREV Qui est le propriétaire de Bucaramanga, un homme d’affaires, homme politique et ingénieur qui l’a acheté il y a 12 ans
NEXT Grande tâche pour transformer Las Tunas