EPS doit 500 milliards de pesos au réseau hospitalier public de Huila

-

Santé

Avec la ferme intention de créer une synergie, en joignant les efforts institutionnels pour améliorer la santé dans les départements de Huila, Tolima, Caquetá et Putumayo, une importante réunion a été réalisée à la demande de la Surintendance zonale de Santé.

Selon Sergio Mauricio Zúñiga, le but est de pouvoir articuler, connaître les expériences réussies, socialiser les échecs et chercher des solutions aux difficultés qui surviennent dans ces départements pour rechercher l’accompagnement, le soutien et l’engagement de Supersalud, dans la solution et l’amélioration de trois aspects fondamentaux, la qualité, l’opportunité et l’efficacité dans la fourniture des services de santé.

« Cette réunion est très importante, dans la nécessité de pouvoir articuler et unir les efforts pour qu’en équipe nous puissions améliorer tout ce qui touche au fonctionnement des systèmes de santé pour pouvoir atteindre tous les territoires. C’est un processus très important parce qu’il faut se mesurer, savoir comment on se compare aux autres régions du pays, afin d’évaluer les indicateurs de santé publique. Nous vous avons également clairement exprimé que le système de santé de nos régions a été durement frappé par les dettes qu’ont les EPS intervenues aujourd’hui auprès du réseau public.

« C’est une situation complexe, compréhensible dans le sens où Supersalud doit agir et chercher des solutions car les plaintes des utilisateurs sont là, car les EPS ne paient pas ce qui correspond à la prestation de services au réseau public. Aujourd’hui, notre système nécessite un flux d’argent, aujourd’hui nous devons avoir une vision claire de ce qui va arriver avec les dettes d’un million de dollars qui affectent le développement normal de nos entités hospitalières.

L’EPS doit plus de 500 milliards de pesos au réseau public de Huila, sans que nous disposions encore des données sur les centres de santé de premier niveau, donc la situation est critique”, a-t-il ajouté.

Selon ce qu’a exprimé le Secrétaire de la Santé, la Surintendance a été claire en avertissant que les sommes dues ont été transférées à l’EPS par le Gouvernement National et c’est pourquoi il est nécessaire d’établir les responsabilités et de déterminer la destination que ces ressources millionnaires ont prises. .

Autres départements dans une situation similaire

Et s’il pleut à Huila, il ne pleut pas dans les départements voisins de Tolima, Putumayo et Caquetá. Les porte-parole de la santé de ces départements ont également exprimé lors de la rencontre avec Supersalud les difficultés qu’ils éprouvent dans leurs régions en raison du non-paiement des dettes d’un million de dollars au réseau public et considèrent qu’il est important que cette entité fasse son travail en le sens de la demande de respect des enjeux de santé publique dans les régions, mais de la même manière, il est impératif de déterminer qui assume le paiement des dettes de plusieurs millions de dollars qui pèsent sur les centres de santé, puisqu’ils fournissent des services à l’EPS, mais ils n’ont jamais payé

« Le département de Tolima dispose d’un permis d’exploitation pour quatorze EPS et dix ont été intervenus, ce qui signifie que nous, en tant qu’entité départementale et autorité sanitaire, devons avoir ces tables de dialogue, d’approche et d’accompagnement pour garantir que toute cette question d’interventions ne impact sur la santé de la population de Tolima.

Bien sûr, le département est aujourd’hui confronté à un problème très complexe, à savoir la situation à laquelle nous sommes confrontés avec la dengue et qui nous oblige à unir nos efforts en tant que région, puisque l’alerte d’aujourd’hui indique plus de 12 cas et avec le portefeuille EPS de notre réseau, il Il devient complexe de pouvoir fonctionner au mieux. Il est important que Supersalud nous aide, il ne s’agit pas seulement d’arbitrer la plainte, mais plutôt de chercher des solutions, une bonne articulation pour que cela ait un impact et une incidence tant sur la prestation de services que sur la population de nos départements respectifs », a déclaré Ingrid Katherine. Rengifo, secrétaire à la Santé de Tolima.

La Secrétaire de Santé de Putumayo, Carolina Echeverry, a assuré qu’il y a des avancées importantes, mais que, comme dans les départements voisins, les dettes de l’EPS auprès du réseau public affectent la qualité et l’opportunité des soins pour les usagers. Il a indiqué que dans son département, le plan pilote mis en œuvre depuis le 1er mai au service des enseignants a généré des difficultés, mais il considère que cela est normal, sachant qu’il s’agit d’une étape de transition.

« Il y a évidemment des difficultés. C’est normal, c’est un processus pilote, un test et c’est ce que nous avons assumé dans notre département, en cherchant des solutions et en encourageant notre réseau à offrir des services. Nous travaillons avec un engagement total, mais nous exigeons également que Supersalud nous aide à collecter les ressources que l’EPS nous doit, c’est essentiel pour que nous puissions nous améliorer, être efficaces et offrir le meilleur service possible”, a déclaré le responsable.

Les secrétaires de la région ont convenu qu’ils agiront en groupe devant les autorités, ils considèrent qu’il y a un engagement total dans les processus d’amélioration, mais ils exigent également la main tendue des autorités nationales pour réaliser les plans et objectifs établis.

-

PREV L’équipe nationale colombienne a divulgué le titre de Néstor Lorenzo
NEXT Les habitants de Catamarca disent au revoir à Silvia Pacheco en ligne