Vidéo | Crise des transports : les passagers font la queue en attendant les « pirates » dans le centre de Bucaramanga

-

Le manque de lignes de bus et de métro dans de nombreux quartiers et secteurs a déclenché le recours aux transports informels par de nombreux citoyens de Bucaramanga. Dans diverses parties du Centre, il semble que la « piraterie » ait pris le dessus sur les autorités.

Cette vidéo capture l’un des terminaux de transport illégaux du centre de Bucaramanga. (Fourni/VANGUARD)

Les files d’attente et les foules de passagers, qui étaient auparavant observées aux arrêts de bus conventionnels et aux stations Metrolínea, sont actuellement enregistrées, mais dans les soi-disant « terminalitos » de «piraterie».

Face à la crise des transports publics collectifs et massifs, provoquée par les modifications apportées ces dernières années aux deux modèles et au départ des itinéraires dans de nombreux quartiers, l’utilisation des transports informels par de nombreux Bumangues a explosé, qui les considèrent désormais comme la première option pour vos déplacements quotidiens.

A lire aussi : Drogue et chaos : les désordres se multiplient sur le neuvième viaduc de Bucaramanga

Dans des points tels que la Calle 42 avec la Carrera 15 et la Calle 34 avec la Carrera 17, entre autres dans la zone centrale de la capitale Santander, pendant les « heures de pointe », vous pouvez voir des files de citoyens attendant les transporteurs informels, aussi bien en voiture qu’en une moto.

Nous suggestons: Sena a ouvert 18 programmes d’éducation en présentiel à Santander, inscrivez-vous !

Plaintes des citoyens

César Flórez Ayala, président du Conseil d’action communautaire, JAC, du quartier de La Concordia, a capturé et diffusé une vidéo sur cette situation à travers les réseaux sociaux. À travers cette publication, le leader civique a également remis en question les initiatives actuellement promues pour « sauver » et « sauver » Metrolínea.

Lors des tournées réalisées par Vanguardia, il a également été possible de constater que des files d’attente et des foules de passagers similaires sont enregistrées aux « heures de pointe » dans la rue 33 avec la Carrera 16 et dans la rue 34 avec la Carrera 14, entre autres points.

Dans la plupart des cas, les utilisateurs de ces «terminalitos» recherchent un service de transports publics pour les communes 1 et 2 de la capitale Santander, pour le secteur de Morrorrico, ainsi que pour le nord-ouest de la ville, vers des quartiers comme Don Bosco, Naples et La Feria, entre autres.

c9ec20787e.jpg

Le recours aux transports informels se développe

Les résultats des études les plus récentes réalisées par les autorités locales avertissent que les motos et la « piraterie » sont les modes de transport les plus utilisés dans la zone métropolitaine de Bucaramanga.

Selon les données officielles, environ la moitié de la population qui compose les quatre municipalités de la zone métropolitaine utilise la moto et les transports informels dans ses déplacements courants.

Pour 10 personnes dans la zone métropolitaine de Bucaramanga, quatre se déplacent à bord de motos privées et grâce à la « piraterie ».

Selon des études de la zone métropolitaine de Bucaramanga, AMB, environ 43 % des citoyens utilisent des motos ou du « piratage » pour atteindre leur destination.

-

NEXT Les habitants de Catamarca disent au revoir à Silvia Pacheco en ligne