César Gaviria appelle à empêcher une constitution proposée par le président Gustavo Petro

César Gaviria appelle à empêcher une constitution proposée par le président Gustavo Petro
César Gaviria appelle à empêcher une constitution proposée par le président Gustavo Petro
-

L’ancien président César Gaviria a appelé à protéger la Constitution de 1991 face aux récentes propositions visant à convoquer une Assemblée nationale constituante. Cette approche surgit dans un contexte où l’on discute de l’utilisation de l’accord de paix avec les FARC comme base pour un tel appel.

César Gaviria, qui a joué un rôle crucial dans la promotion de la Magna Carta de 1991, a exprimé son désaccord avec l’initiative présentée par Álvaro Leyva, qui parle au nom du gouvernement actuel. Leyva a suggéré la possibilité de modifier la Constitution actuelle pour l’adapter aux nouvelles réalités politiques et sociales, affirmant que ce changement est soutenu par l’Accord de paix négocié à La Havane.

Lire aussi (Juan Manuel Santos est envoyé contre le président Gustavo Petro pour avoir utilisé l’accord de paix pour convoquer une constituante)

Gaviria, actuel directeur du Parti libéral et membre du gouvernement, a critiqué cette interprétation des accords de paix, soulignant que l’accord finalisé à La Havane ne contient pas de dispositions pour une révision constitutionnelle de cette ampleur. Selon Gaviria, aucune partie de l’accord n’autorise des modifications de la Constitution, et il a souligné la nécessité de respecter le texte actuel comme garantie de stabilité et de gouvernabilité.

Au cours d’un entretien avec Semana, Leyva a déclaré que les déclarations du président Gustavo Petro sur la possibilité de convoquer une assemblée constituante ne doivent pas être prises à la légère, suggérant qu’il y a derrière ces paroles un plan concret et mûrement réfléchi.

Cependant, des personnalités telles que Humberto de la Calle, Henry Acosta et Sergio Jaramillo, tous des participants clés aux négociations de paix, ont réfuté l’idée selon laquelle l’accord de paix inclurait des dispositions relatives à une réforme constitutionnelle.

Gaviria a souligné dans sa communication que la Constitution de 1991 est toujours en vigueur et doit être respectée tant par le gouvernement que par toutes les institutions du pays. Selon lui, le respect de la Constitution est essentiel pour garantir que les décisions futures soient fondées sur le consensus et non sur des impositions, protégeant ainsi les intérêts et la stabilité de la Colombie.

Dans d’autres nouvelles

-

PREV Milei retarde la décision sur Sturzenegger et la lutte pour le pouvoir au sein du gouvernement s’intensifie
NEXT Les habitants de Catamarca disent au revoir à Silvia Pacheco en ligne