Antonio Gala – Diario Córdoba

Antonio Gala – Diario Córdoba
Antonio Gala – Diario Córdoba
-

Aujourd’hui, cela fait un an qu’Antonio Gala est décédé à Cordoue, sa ville la plus aimée. Le temps efface généralement les images, brouille les tons des mots et brouille les souvenirs. Mais il existe des personnes particulières, presque magiques, qui surmontent l’oubli et restent présentes à l’image de ceux qui ont eu la chance de les lire, de les voir, de les entendre ou de les admirer.

Il s’agit d’Antonio Gala, poète, romancier, dramaturge et essayiste, à qui j’écris au présent parce que sa figure, son œuvre littéraire et son fils le plus aimé, la Fondation Antonio Gala, restent très vivants parmi tous les habitants de Cordoue, le Les Andalous, les Espagnols et les milliers de citoyens du monde qui ont eu la chance de le lire, de l’écouter ou de le connaître.

Bientôt, Cordoue manifestera son affection avec l’inauguration en bronze et en pierre de votre figure, et avec le nom du temple du livre qu’est la Bibliothèque Centrale de Cordoue, en hommage à votre admirable œuvre. Avec cette sculpture à côté de votre bien-aimé Gran Teatro, nous admirerons votre beauté et nous pourrons nous souvenir de vous avec l’une de vos phrases immortelles : “Être originaire de Cordoue est l’une des rares choses importantes que vous puissiez être dans ce monde”.

La Fondation Antonio Gala, au nom des jeunes créateurs, et la Mairie de Cordoue, au nom de ses citoyens, rendent justice à votre travail et à votre personne en vous offrant un lieu impérissable qui sert de lieu de rencontre pour la culture et pour les créateurs qui Cela vous arrivera.

Merci, Antonio, d’avoir vécu et d’avoir été comme tu le voulais.

*Président de la Fondation Antonio Gala

#Colombia

-

PREV Que l’innovation et les alliances industrielles conduisent à une croissance productive au bénéfice de la population › Cuba › Granma
NEXT Bernacki à propos des chants politiques lors des messes : “C’était une profanation”