Tentative d’homicide contre Yoan Esteban Mazo Posada du Mouvement Ríos Vivos

Tentative d’homicide contre Yoan Esteban Mazo Posada du Mouvement Ríos Vivos
Tentative d’homicide contre Yoan Esteban Mazo Posada du Mouvement Ríos Vivos
-

Description de la situation :

L’Observatoire a reçu des informations sur la tentative d’assassinat contre M. Yoan Esteban Mazo Posada, leader social et défenseur des droits humains du Mouvement Ríos Vivos. Le Mouvement Ríos Vivos rassemble 15 organisations sociales de base composées de femmes, de jeunes, de propriétaires de bateaux, d’agriculteurs, de pêcheurs, de cuisiniers, entre autres moyens de subsistance touchés par le projet hydroélectrique de Hidroituango. Ce mouvement proteste contre les différents impacts générés par le méga projet hydroélectrique, tels que les expulsions forcées, l’absence d’indemnisation équitable, de relocalisation et d’accès à la terre, ainsi que les impacts négatifs sur la santé et l’environnement.

Le 29 avril 2024, vers 15 heures, environ six inconnus, armés de fusils et d’armes courtes, appartenant apparemment au groupe armé illégal des Forces d’autodéfense Gaitanista de Colombie (AGC), ont tiré sur Yoan Esteban Mazo Posada, alors qu’il il se dirigeait en moto depuis la municipalité de Briceño, département d’Antioquia vers Medellín, l’incident s’est produit à la hauteur de l’Alto de Chorrillos, entrée de Briceño. Le tir provoque une grave blessure à la colonne vertébrale de Yoan Esteban. Les habitants du secteur, craignant les représailles du groupe armé, ont refusé de lui venir en aide et M. Mazo Posada n’a été transféré dans un centre médical que trois heures après l’attaque, grâce au fait qu’un des passants a appelé le domicile d’Esteban. frère. pour signaler l’incident. Selon les informations, alors qu’Esteban était blessé au sol, le groupe armé a ordonné à l’un des habitants qui passaient par là de signaler que l’AGC allait procéder à un nettoyage social, en tuant tous les guérilleros, collaborateurs et leaders sociaux qui se trouvaient sur place. ne travaillant pas avec ou ne partageant pas l’idéologie de l’AGC.

Après cet événement, le diagnostic médical d’Esteban est une fracture comminutive des éléments postérieurs et des apophyses transverses de L3 due à une blessure par balle, ASIA Un traumatisme médullaire avec choc rachidien et un traumatisme rénal de grade IV.

M. Mazo Posada avait déjà été victime de menaces et de déplacements forcés en 2022, après des plaintes pour violation des droits humains que le Mouvement Ríos Vivos avait déposées contre l’entreprise Hidroituango devant le Mécanisme indépendant de consultation et d’enquête (MICI) de BID Invest. Pour cette raison, il bénéficiait de mesures de protection de l’Unité de Protection Nationale (UNP) depuis novembre 2022, qui ont été retirées en février 2024. Actuellement, Yoan Esteban Mazo Posada et sa famille sont déplacés de la municipalité de Briceño, car ils craignent de retourner dans leur pays. territoire.

Ce fait a été signalé au Bureau du Procureur général et le numéro unique d’informations criminelles – NUNC 050016099150202413759 a été également informé. Esteban et sa famille sont déplacés.

L’Observatoire rappelle que cette attaque s’inscrit dans le cadre d’une politique continue de harcèlement et d’intimidation à l’encontre des membres du Mouvement Ríos Vivos. Le 22 janvier 2024, des hommes armés membres de l’AGC sont apparus simultanément au domicile des trois membres du Mouvement Ríos Vivos. Richard Zapata, Villa María Rojo et Luz Angela Agudelo, dans la zone urbaine de la municipalité de Sabanalarga, département d’Antioquia, et les a menacés. Suite à ces menaces et attaques, les dirigeants et leurs familles ont dû être évacués des trottoirs et du centre urbain de la commune pour garantir leur sécurité.

L’Observatoire rappelle également que ces nouveaux actes d’intimidation et de menaces s’ajoutent aux nombreuses attaques subies depuis 2008 par les défenseurs du fleuve Cauca et des droits des communautés affectées par le mégaprojet Hidroituango, y compris l’assassinat de dirigeants. Celles-ci surviennent dans un contexte de forte présence et de conflits entre groupes armés dans les territoires touchés par les travaux, pour lesquels ils ont manifesté leur soutien, et de survenance de multiples attaques perpétrées par des hommes armés dans différentes municipalités. Le 18 décembre 2023, un homme qui s’est identifié comme membre de l’AGC a appelé le numéro de téléphone personnel de la présidente du Mouvement Ríos Vivos, Mme Milena Flórez, exigeant une rencontre et démontrant de manière suffisamment détaillée qu’il connaissait le siège de l’AGC. le Mouvement et les activités menées par l’organisation.

L’Observatoire exprime son profond rejet de la tentative d’assassinat contre Yoan Esteban Mazo Posada, qui semble être une mesure de représailles contre son travail légitime en faveur des droits environnementaux.

L’Observatoire exhorte les autorités colombiennes à garantir la protection et l’intégrité physique et psychologique de Yoan Esteban Mazo Posada et de tous les membres du Mouvement Ríos Vivos, dont Richar Zapata, María Rojo Villa, Luz Ángela Agudelo et Milena Flórez, ainsi que comme leurs proches.

Cependant, il faut souligner que, même si les mesures de protection mises en œuvre par l’État colombien à travers l’UNP sont importantes pour garantir la sécurité des dirigeants sociaux menacés et de leurs familles, de multiples problèmes sont survenus avec cette entité étant donné que les situations à risque sont minimisées et , en conséquence, les études de niveau de risque des dirigeants sociaux donnent le résultat « ordinaire », ce qui implique la non-attribution de mesures de protection ou ; Comme c’est le cas actuellement de María Rojo, Ángela Agudelo et Richar Zapata, ces études dépassent le délai de 3 mois établi pour notifier les résultats aux dirigeants soumis à l’étude, ce qui génère des délais prolongés sans protection de leur part.

L’Observatoire exhorte également les autorités colombiennes à mener une enquête immédiate, indépendante, exhaustive et impartiale sur la tentative d’assassinat mentionnée ci-dessus, afin d’identifier tous les responsables matériels et intellectuels, et à les traduire devant un tribunal compétent, indépendant, équitable et équitable. impartial et appliquer les sanctions pénales et autres sanctions judiciaires prévues par le règlement intérieur.

Action demandée:

Veuillez écrire aux autorités colombiennes pour leur demander de :

Adopter immédiatement les mesures les plus appropriées pour garantir la sécurité, l’intégrité physique et le bien-être psychologique de Yoan Esteban Mazo Posada, Richard Zapata, María Rojo Villa, Luz Ángela Agudelo et Milena Flórez, ainsi que celle de tous les membres du Mouvement Ríos Vivos, ainsi que leurs proches ;

Mener une enquête immédiate, indépendante, exhaustive, efficace et impartiale sur la tentative d’homicide contre Yoan Esteban Mazo Posada, afin d’identifier toutes les personnes matérielles et intellectuelles responsables, et les traduire devant un tribunal compétent, indépendant, juste et impartial. et appliquer les sanctions pénales et autres prévues par le droit interne ;

Mettre fin à tout type d’attaques contre les défenseurs des droits de l’homme et garantir l’exercice de la défense de l’environnement et des droits de l’homme en Colombie.

Adresses :

• M. Gustavo Francisco Petro Urrego, Président de la République de Colombie. Courriel : [email protected] Twitter : @infopresidencia

• M. Luis Fernando Velasco, Ministre de l’Intérieur. Courriel : [email protected] ; [email protected]. Twitter : @MinInterior

• M. Iván Velásquez Gómez, Ministre de la Défense Nationale. Courriel : [email protected]

• Mme Lourdes Castro, Conseillère Présidentielle pour les Droits de l’Homme et les Affaires Internationales de la République de Colombie. Courriel : [email protected], Twitter : @ConsejeriaDDHH

• M. Francisco Barbosa Delgado, Procureur Général de la Nation. E-mail : [email protected], [email protected] Twitter : @FiscaliaCol

• Mme Margarita Cabello Blanco, Procureur Général de la Nation. Courriel : [email protected]. Twitter : @PGN_COL

• M. Carlos Ernesto Camargo Assis, Médiateur National. Courriel : [email protected], [email protected]

• M. Augusto Rodríguez Ballesteros, Directeur de l’Unité de Protection Nationale. Courriel : [email protected] ; [email protected] Twitter : @UNPCombia

• M. Gustavo Gallón Giraldo, Ambassadeur, Représentant Permanent de la Colombie auprès des Nations Unies à Genève (Suisse). Courriel : [email protected]

• Mme Juliette de Rivero, Représentante en Colombie du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme. Courriel : [email protected]

Veuillez également écrire aux représentations diplomatiques de la Colombie dans vos pays respectifs.

***

Paris-Genève, le 28 mai 2024

Nous vous remercions de nous informer de toute mesure prise, en citant le code de cet appel dans votre réponse.

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (l’Observatoire) est un programme créé en 1997 par la FIDH et l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et son objectif est d’intervenir pour prévenir ou remédier à des situations spécifiques de répression contre les défenseurs des droits de l’Homme. défenseurs. La FIDH et l’OMCT sont toutes deux membres de ProtectDefenders.eu, le mécanisme de l’Union européenne en faveur des défenseurs des droits de l’homme mis en œuvre par la société civile internationale.

Pour contacter l’Observatoire, contactez la Ligne d’Urgence :

• Courriel : [email protected]

• Tél. FIDH : + 33 1 43 55 25 18

• Tél.OMCT : + 41 22 809 49 39

-

PREV Cas de H1N1 détecté à Pivijay, ce n’est pas un danger pour Magdalena
NEXT Un joueur de l’équipe nationale colombienne est la cible d’un puissant joueur anglais, il paierait 50 millions d’euros