Nouveau scandale de corruption de l’UNGRD à La Guajira

Nouveau scandale de corruption de l’UNGRD à La Guajira
Nouveau scandale de corruption de l’UNGRD à La Guajira
-

Lors d’un débat sur le contrôle politique de l’Unité Nationale de Gestion des Risques de Catastrophes (UNGRD), la représentante de la Chambre Catherine Juvinao a révélé une série d’irrégularités impliquant l’entité et ses anciens dirigeants, Olmedo López et Sneyder Pinilla. Selon elle, six mois d’enquête ont donné trois nouveaux résultats alarmants, mettant sous surveillance la gestion des ressources destinées à la prévention et à l’atténuation des catastrophes à La Guajira, en l’occurrence avec la question de la construction de jagüeyes dans cette région.

Juvinao a mis en doute le fait que le président Gustavo Petro n’aurait eu aucune connaissance de ces événements, insinuant une possible incompétence dans sa gestion. La députée a révélé que, sur un budget alloué de plus de 74,984 millions de pesos à cinq municipalités de La Guajira, une grande partie a été allouée à Uribia, sans justification technique évidente. Cette répartition disproportionnée a suscité des soupçons quant à d’éventuelles influences politiques dans la prise de décision.

Vous etes peut etre intéressé: Scandale de gestion des risques : le parquet convoque l’entrepreneur Luis Eduardo López

Dans son discours, la représentante a déclaré que : « La gestion des risques a alloué plus de 74,984 millions de pesos à 5 municipalités de La Guajira, dont Uribia avec plus de 62,6 milliards de dollars, Maicao avec plus de 4,612 millions de dollars, Riohacha avec environ 2,300 millions de dollars, Manaure avec 3,638 millions de dollars et l’Albanie avec plus de 1,850 millions de pesos. Parmi les jagüeyes projetés pour Uribia, seulement 12% des contrats ont été exécutés.”

L’une des découvertes les plus choquantes, selon Juvinao, a été le détournement de fonds vers des contrats fictifs et des sociétés écrans. Notamment la société Intraffic SAS, en charge de l’audit de contrats multiples, qui a été classée comme entité sans expérience ni activité économique pertinente. Malgré cela, elle a été nommée pour superviser des projets valant plusieurs millions de dollars, soulevant de sérieux doutes sur la transparence des processus contractuels.

Pour sa part, l’actuel directeur de l’entité Carl0s Carrillo, a souligné que, “Si Olmedo López veut collaborer avec la justice, il doit dire qui lui a donné l’argent, il a donné cet argent à un entrepreneur.”

Voir également: Francia Márquez a nié tout lien avec la corruption au sein de l’unité de gestion des risques

Le directeur de l’UNGRD, Carlos Carrillo, a répondu aux accusations, en soulignant la responsabilité d’Olmedo López dans les événements. Carrillo a dénoncé l’instrumentalisation politique de l’approvisionnement en eau, qui en fait une monnaie d’échange au niveau local. Il a également mis en doute la volonté de López de collaborer avec la justice, l’invitant à révéler l’origine des fonds et les éventuels bénéficiaires de ses actions.

Ces révélations ont suscité un profond malaise dans l’opinion publique, qui exige une enquête exhaustive et la clarification des responsables. La gestion des ressources publiques destinées à la prévention des catastrophes doit être transparente et efficace, sans laisser de place à la corruption ou au clientélisme politique.

-

PREV Des professionnels se consacrent au service et recherchent des personnes dans la région de Los Ríos
NEXT C’est ainsi que se formerait l’équipe nationale colombienne contre le Paraguay pour ses débuts en Copa América