Ils exigent du Venezuela qu’il retire Cuba de la liste fallacieuse des États-Unis

Ils exigent du Venezuela qu’il retire Cuba de la liste fallacieuse des États-Unis
Ils exigent du Venezuela qu’il retire Cuba de la liste fallacieuse des États-Unis
-

Le texte dénonce le fait que cette liste a été créée unilatéralement par le Département d’État des États-Unis, raison pour laquelle elle viole le droit international et la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays.

Il a souligné qu’il s’agissait d’un « mécanisme destiné à exercer une pression politique sur notre pays et à justifier l’approbation de centaines de mesures visant à renforcer le blocus économique de Cuba ».

Le Conseil national d’administration d’Accreven a souligné que la situation s’est aggravée avec l’arrivée au pouvoir de l’ancien président nord-américain Donald Trump (2017-2021), qui a intensifié le blocus économique de La Havane.

Il a souligné que plus tard, son successeur, l’actuel président américain, Joe Biden, a maintenu la même politique à l’égard de la plus grande des Antilles, une action qu’il considère contraire à la Charte des Nations Unies.

Les Cubains solidaires de leur pays ont exprimé que le blocus économique imposé à Cuba, dans le cadre juridique international, est illégal et menace la souveraineté et l’intégrité du peuple caribéen, en plus de constituer une autre forme de terrorisme d’État.

Ils ont souligné que l’inclusion de l’île sur la liste des pays qui parrainent le terrorisme constitue « un complément et un appendice à la guerre économique contre notre pays », en limitant et en empêchant l’accès aux marchés fondamentaux pour les biens et produits nécessaires.

En plus de restreindre, affirmait-il, l’accès aux matières premières essentielles au bon fonctionnement et au développement économique de la nation antillaise.

Les résidents cubains au Venezuela ont dénoncé le fait que l’application de ces mesures punitives avait entraîné une profonde crise économique, qui a conduit à des pénuries généralisées et a privé la population de « l’accès aux biens et services nécessaires ».

L’organisation de solidarité a condamné les campagnes médiatiques et de diffamation contre Cuba et a immédiatement exigé son exclusion de la liste des pays qui parrainent le terrorisme.

Il a également réitéré son engagement envers le peuple cubain, envers le gouvernement du président Miguel Díaz-Canel et a ratifié « à défendre notre pays dans tous les scénarios ».

npg/jcd

-

PREV Extinction d’incendie confirmée au CTE Antonio Guiteras à Matanzas
NEXT Regardez l’élection de National 1 sur Canal 4