Immanuel Wilkins termine May Jazzea sur la plus haute note

Immanuel Wilkins termine May Jazzea sur la plus haute note
Immanuel Wilkins termine May Jazzea sur la plus haute note
-

Le saxophoniste Immanuel Wilkins clôture le 25ème Festival de Jazz de Logroño ‘Mayo Jazzea’ avec son concert ce jeudi au Teatro Bretón (à 20h30). Le jeune musicien et compositeur de Philadelphie clôt une édition très spéciale du Cycle culturel de la Rioja, qui s’est distingué par sa qualité et par le fait d’amener le jazz dans les rues de Logroño et de le rapprocher du grand public.

A seulement 27 ans, Wilkins est depuis quelques temps une référence internationale. Les fans ont découvert son son fascinant lors de ses débuts acclamés avec « Omega », meilleur album de jazz de 2020 pour le New York Times. Il ajoute à ses performances live sa connaissance des traditions du « bebop » et du jazz avec une forte charge spirituelle, « comme un John Coltrane ou un Joe Henderson sur leurs saxophones ténor », selon le critique Natxo Artundo. “Bien que la tessiture de Wilkins soit celle du sax alto, comme celle du légendaire Charlie Parker, son style fait parfois référence à un Charles Lloyd ou à un Archie Sheep, tous deux ténors.”

Logroño arrive avec la formation habituelle, un quatuor exceptionnel avec Micah Thomas au piano, Tyrone Allen à la contrebasse et Kweku Sumbry à la batterie, une équipe parfaite avec laquelle Wilkins présente un impressionnant deuxième album, ‘The 7th Hand’, dans lequel il explore le relations entre présence et néant dans une suite d’une heure composée de sept mouvements.

Sa musique, selon Mayo Jazzea, « est pleine d’empathie et de conviction, liant mélodie et lamentation à des moments ornés d’espace et de respiration. Wilkins et son groupe révèlent leur vérité collective en se montrant ouvertement. Couche par couche, mouvement par mouvement.

L’année de Sílvia Pérez Cruz

La grande qualité de cette brillante édition de Mayo Jazzea a été démontrée dès son premier concert au début du mois par Joe Farnsworth, l’un des meilleurs batteurs de jazz, accompagné de son propre groupe, qui comprenait Sarah Hanahan, une jeune sensation de saxophone alto. .

Le prochain protagoniste était Antonio Lizana de Cadix, musicien de flamenco, chanteur et saxophoniste, l’une des principales figures de la nouvelle génération du jazz flamenco. Il est arrivé à Logroño avec son quintette pour présenter sa dernière œuvre, « Vishuddha », où le groupe propose des compositions évocatrices des paysages sonores de Cadix.

Le Trio Jacky Terrasson a également présenté un album, « Movin on », avec aux manettes l’un des meilleurs pianistes, accompagné du contrebassiste Sylvain Romano et du batteur Lukmil Pérez. Et le festival a également eu un premier week-end de spectacles de rue qui ont donné à la capitale de la Rioja un aperçu de la Nouvelle-Orléans.

Mais s’il y a quelqu’un qui a particulièrement marqué cette édition, c’est bien la chanteuse barcelonaise Sílvia Pérez Cruz, qui a revu son double album ‘Toda la vida, un día’ et a enchanté un Breton emballé pour l’occasion.

La touche finale est apportée ce jeudi par un Wilkins émergent et avec lui un festival déjà vétéran mais avec beaucoup d’avenir qui continue de croître.

-

PREV pourquoi il est célébré chaque 20 juin
NEXT Les habitants de Catamarca disent au revoir à Silvia Pacheco en ligne