À Corrientes, les médicaments ont augmenté de 54% jusqu’à présent en 2024 – CHACODIAPORDIA.COM

-

La Chambre des Pharmacies de Corrientes (CACOFAR) a indiqué que les médicaments ont clôturé le mois de mai avec une augmentation moyenne de 4,6% et qu’ils ont accumulé 54,4% jusqu’à présent cette année.

Le chef de CACOFAR, Carlos Arballo, en contact avec l’époque, a déclaré à ce propos : « On a constaté un ralentissement dans le rythme inflationniste des remèdes. Cela est dû en partie au fait que de nombreux laboratoires ont gelé les quantités de médicaments pendant 30 jours.»

De même, ceux-ci ont souligné que les ventes restaient stables. « La vente reste entre 10 % et 15 % en dessous de ce qui a été vendu l’année dernière. “Ce comportement s’est produit tout au long des quatre premiers mois de l’année.”

D’autre part, le représentant des Pharmacies Taragüí a indiqué qu’ils espéraient que, compte tenu de la continuité des journées de basses températures, les ventes de médicaments comme les antigrippaux et les antibiotiques rebondissent.

Avec cette rigueur, l’homme d’affaires a également été consulté sur l’impact de ces presque six mois de gestion de Javier Milei en tant que président sur ce secteur commercial, en tenant compte des mesures économiques soutenues par son administration.

« Dans les premiers mois, le secteur des laboratoires a appliqué des augmentations qui, à mon avis, étaient excessives et qui ont généré une forte contraction des ventes. Il me semble que, tout comme ils ont été plus sévères avec les paiements prépayés, ils auraient pu aller de l’avant avec l’industrie pharmaceutique, qui définit les quantités de médicaments », a déclaré Arballo.

Dans quelle mesure les remèdes sont-ils devenus plus chers depuis que Milei est ici ?

Depuis que Javier Milei a pris ses fonctions en décembre 2023, les prix des médicaments ont augmenté de 157 %, selon les données du Syndicat argentin des pharmaciens et biochimistes (SAFYB) et du Centre d’économie politique argentine (CEPA). Ce chiffre dépasse de loin l’inflation déjà élevée de la même période qui, selon les données de l’INDEC, était de 80% pour la période décembre-février.

De ce fait, la consommation de médicaments a enregistré une forte baisse ces derniers mois. Au cours de la période analysée, la commercialisation des médicaments en vente libre a enregistré une baisse de 35 % ; tandis que les prescriptions ont baissé de 20%, selon les statistiques de la SAFYB.

La consommation poursuit sa courbe descendante

Conséquence de la récession, qui a provoqué une forte baisse des salaires et donc du pouvoir d’achat, la consommation a chuté de 14% en avril, selon les mesures du cabinet de conseil Scentia.

Les acheteurs ont modifié leurs principales habitudes lorsqu’ils se rendent dans les magasins, ce qui explique en partie la forte baisse de la demande pour certains produits. Ces données proviennent de l’enquête « Consommation et contexte économique » réalisée par Ecolatina en mars de cette année. Le rapport souligne que 9 consommateurs sur 10 ont changé leur façon de faire leurs achats dans les supermarchés.

Selon le rapport, les Argentins ont arrêté d’acheter des produits qu’ils consommaient auparavant quotidiennement et recherchent désormais davantage de promotions. Il convient de noter que, selon le ministre de l’Économie, Luis Caputo, il existe un plus grand nombre de produits avec des réductions dans les magasins en raison du surstock généré par les entreprises avant l’arrivée de l’administration libertaire de Javier Milei.

Les entreprises ont mis en place des mécanismes de remise plus importants pour encourager la consommation. Selon le rapport, 95 % des personnes interrogées profitent des promotions sur leurs achats, notamment 2×1, car c’est la plus efficace pour rendre les achats moins chers. Environ sept personnes interrogées sur dix déclarent que le 2×1 est la promotion dont ils profitent le plus ; tandis que d’autres, comme les remises avec des portefeuilles virtuels ou des cartes bancaires, sont moins utilisées », précise le consultant.

En outre, au moins six consommateurs sur dix ont opté pour des deuxièmes marques, notamment les marques propres des chaînes, selon le rapport. En ce sens, les produits qui ont le plus migré de la première vers la deuxième marque sont les produits d’entrepôt, de nettoyage, d’hygiène et de soins personnels.

Journal Época

-

PREV Le concours de San Juan a été lancé Écrit : Jorge Leónidas Escudero 2024
NEXT Résultats de la Tucumán Quiniela, aujourd’hui 11 juin