Puente Alto prolonge l’accord direct pour 260 milpese suite aux reproches du contrôleur

Puente Alto prolonge l’accord direct pour 260 milpese suite aux reproches du contrôleur
Puente Alto prolonge l’accord direct pour 260 milpese suite aux reproches du contrôleur
-

Mois après mois, le Commune de Puente Alto a continué à attribuer le contrat de traitement direct pour le transport des fonctionnaires vers l’entreprise Trafkin Machineries SpA, malgré les multiples irrégularités détectées par le Contrôleur général de la République (CGR). Avec cette acquisition, l’entreprise de Carlos Orellana Bravo, ancien responsable des Carabineros OS9, a reçu 1 339 250 000 $ seulement cette année.

Le service d’un million de dollars est basé sur un traitement direct exécutés mensuellement depuis plus d’un an, sans ouverture d’un nouvel appel d’offres public, une situation remise en question par le Bureau du Contrôleur à la fin de l’année dernière. Le service fourni est le transport quotidien des travailleurs de la municipalité, pour se déplacer entre les différentes enceintes municipales et assister aux événements et activités programmés par le maire Germán Codina Powers (RN).

À cette fin, l’entreprise propose une fourniture de 190 véhicules – chauffeurs et carburant compris – avec des voitures de type berlines, camions à double cabine, fourgonnettes et minibus, payant une valeur qui oscille entre 43 330 $ et 93 335 $, selon le type de véhicule.

Parallèlement, l’organisme de contrôle a dénoncé dans son rapport n°547 que les fonctionnaires municipaux et leurs proches possédaient près de 20 % du parc de voitures utilisé pour le serviceselon des analyses réalisées entre février et mai 2023.

Aujourd’hui, malgré les conclusions du rapport du Contrôleur, aucune autre action en justice n’a été engagée en dehors d’un résumé interne de la Municipalité. Entre-temps, l’entreprise continue de remporter le contrat de Puente Alto et propose également des services similaires dans les municipalités de Pirque, La Florida, La Pintana, Lo Espejo et Vitacura.

Maintien du contrat avec Trafkin

Face au doute sur la raison pour laquelle le contrat avec Trafkin a été maintenu, la municipalité dirigée par Germán Codina a déclaré que la CGR n’a jamais remis en question la forme du contrat réalisé et que les objections provenaient d’autres problèmes.

Cependant, l’une des principales questions posées par le Bureau du Contrôleur dans le Rapport 547 de 2023 est : « Le contrat par traitement direct est-il dûment fondé conformément aux causes établies dans la loi n° 19 886 et son règlement ?

La réponse est négative.

En janvier de cette année, un bon de commande d’un montant de 265 770 000 $ a été émis à Trafkin pour assurer le service de transport du personnel, fournissant des véhicules (qui pourraient être sous-loués), des chauffeurs, du carburant et le paiement des étiquettes.

Le paiement mensuel est ensuite passé à 268 370 000 $, le dernier contrat ayant été livré ce mois-ci par traitement direct, comme on peut le constater sur la plateforme du Marché Public.

La première tentative pour couvrir le service a eu lieu par appel d’offres, qui a été déclaré nul le 23 janvier 2023 lorsque le Secrétariat de l’urbanisme municipal a estimé qu’aucune des cinq entreprises candidates ne satisfaisait aux exigences.

Le même jour, le maire Codina a reçu une demande de déclaration autorisation « urgente » pour exécuter un contrat de gré à gréqui a été autorisée « pour une période de 4 mois – ou jusqu’à l’attribution d’un nouvel appel d’offres », ce qui n’a pas eu lieu.

L’achat a été livré 1er février 2023 à Trafkindans un processus de sélection et d’attribution qui « n’a pas pris en compte les critères d’évaluation qui permettraient de déterminer la capacité opérationnelle ou l’expérience antérieure en relation avec le service demandé », selon le Bureau du Contrôleur.

Au cours de l’enquête, l’inspecteur technique des contrats a confirmé à l’organisme de contrôle qu’elle avait pris comme seul facteur de sélection l’offre économique présentée par les fournisseurs potentiels.

La fourniture du service à Trafkin par traitement direct est l’une des sept questions auditées par le Bureau du Contrôleur dans le rapport 547 de 2023, qui indique qu’il n’y a pas de justification correcte de « l’urgence » de procéder à l’achat de cette manière.

“Les raisons ou les fondements pour lesquels la situation d’urgence qui justifie le recours aux services mentionnés par traitement direct se sont produits ne sont pas exprimés.”conclut le rapport, ajoutant que les raisons avancées par le maire selon lesquelles l’urgence est directement liée à la qualité désertée de l’appel d’offres précédent, reviennent à invoquer plus d’une cause à la fois.

Le responsable pourrait être passible d’une amende fiscale de dix à cinquante UTM, soit environ entre 650 000 et 3 300 000 dollars, selon les dispositions de la loi n° 19 886 sur les contrats administratifs de fournitures et de services.

L’organisme de contrôle a également dénoncé d’autres violations de ce qui était stipulé dans le contrat, comme échec de 34 véhicules à avoir une année de fabrication antérieure à 2015, contrairement à ce qui est stipulé dans les exigences. Pour cette année, la majorité de ces voitures auraient été remplacées par celles répondant aux spécifications, comme l’a soutenu Carlos Orellana à Radio Bío Bío.

Jusqu’au moment, aucune sanction n’a été prononcée, et le processus du Bureau du Contrôleur est clôturé. De son côté, la municipalité prépare un autre appel d’offres public avec une modalité différente, après que la précédente proposition d’attribution ait été rejetée par le conseil municipal.

Les propriétaires de voitures et leurs conflits d’intérêts

En plus des doutes concernant le même contrat avec Trafkin, le Bureau du Contrôleur a également sonné l’alarme sur d’éventuels conflits d’intérêts concernant les propriétaires des véhicules utilisés dans le service, parmi lesquels répartis entre voitures, camions, fourgonnettes et minibus.

Sur les 190 véhicules sous contrat, 6 appartiendraient à des fonctionnaires en activité et 31 autres appartiendraient à leurs proches. (15 jusqu’au troisième degré de consanguinité, et 21 jusqu’au quatrième degré).

Diego Castro Ugartéchef du service de planification financière et fonctionnaire municipal depuis plus de 27 ans, fait partie des personnes mentionnées, car il est propriétaire d’une des voitures utilisées.

Selon le rapport, en septembre 2023, il a déclaré qu’il n’avait aucune participation au processus d’acquisition et qu’il était uniquement chargé d’assurer la disponibilité du budget concernant le contrat. Cependant, C’est le même comptable qui a envoyé le bon de commande au montant de 236 922 809 $, correspondant au service de mars 2023.

Ces faits constitueraient une violation du principe d’abstention et de probité administrative et, selon le rapport, ils révéleraient des faiblesses dans le contrôle interne de la commune.

Le Bureau du Contrôleur a ainsi confirmé manque de procédures pour la prévention et/ou la détection des délits de fraude et le non-respect des mécanismes de contrôle qui permettent d’atténuer d’éventuels conflits d’intérêts au sein de la municipalité.

Sur la base de ce qui a été détecté, l’organisme de contrôle a demandé à la municipalité d’adopter les mesures nécessaires pour mettre en œuvre les contrôles permettant d’atténuer d’éventuels conflits d’intérêts internes et d’envoyer le manuel contenant les procédures déterminées pour promouvoir la prévention et/ou la détection des délits de fraude. , avec une date limite maximale du 26 février de cette année. Selon la Municipalité, aujourd’hui un nouveau manuel de bonnes pratiques est en train d’être décrété.

De son côté, le maire a chargé un résumé administratif le 17 octobre 2023, afin d’établir les éventuelles responsabilités administratives des fonctionnaires concernés. Selon la municipalité, plus de sept mois après son enquête, ce processus est toujours en phase d’enquête.

De Trafkin SpA, ils ont déclaré que de leur côté, ils avaient “agi avec diligence en mettant fin à toute relation contractuelle avec des véhicules qui pourrait soulever des doutes, dans la mesure où cela était connu de l’entreprise”.

Trafkin et ancien capitaine des Carabineros

Le Bureau du Contrôleur a également attiré l’attention sur les questions éthiques liées à la qualité des Officier actif des Carabiniers de Carlos Orellana Bravo, représentant légal et l’un des propriétaires de Trafkin, au moment de la signature du contrat.

Au moment de souscrire au service, le capitaine travaillait dans la section des crimes économiques et de lutte contre la corruption du Département d’enquête sur les organisations criminelles (OS9.), démissionnant de ce poste deux jours après avoir signé le contrat de quatre mois d’un montant de 1 018 988 803 $, conclu le dont la Municipalité avait nié avoir eu connaissance à l’époque.

Le rapport a été envoyé aux Carabineros du Chili, pour analyser s’il y aurait une incompatibilité dans la signature du contrat. Selon le Règlement de l’institution, serait une violation de l’intégrité morale le fait de « maintenir ou s’engager dans des affaires, des entreprises commerciales ou toute autre activité incompatible avec la surveillance qui correspond aux Carabineros ou qui porte atteinte à la dignité professionnelle ».

Cette irrégularité ainsi que les autres irrégularités signalées jusqu’à présent n’ont eu aucune conséquence juridique.

-

PREV Le MPD et l’UCSE-DASS signent un accord sur les pratiques professionnelles
NEXT Quelle est la consommation d’eau et le niveau des réservoirs après deux mois de rationnement à Bogota ?