La Libertad : le gouverneur César Acuña a accumulé plus de 80 jours de congé depuis le début de son administration en 2023

La Libertad : le gouverneur César Acuña a accumulé plus de 80 jours de congé depuis le début de son administration en 2023
La Libertad : le gouverneur César Acuña a accumulé plus de 80 jours de congé depuis le début de son administration en 2023
-

César Acuña pourrait être libéré pour absence de plus de 50 jours seulement en 2024, alors que la limite fixée par la loi est de 45 jours maximum par an. (Photo : Composition – Infobae/Renato Silva/Andina)

Le gouverneur régional de La Libertad, César Acuña, ne se trouve pas au Pérou. Vous voyagez en Espagne avec l’autorisation du Conseil régional de La Libertadqui lui a également donné l’autorisation de s’absenter de son poste pour une durée totale de 40 jours seulement en 2024 en quatre périodes différentes.

Les périodes d’absence ont même été accordées à l’avance par le Conseil, puisqu’Acuña pourra prendre ces « pauses » au cours des mois de mai, juillet, août, octobre et décembre 2024.

Cependant, depuis le début de son mandat, en 2023, le gouverneur régional de La Libertad a déjà accumulé un total de 85 jours de congé autorisés par le Conseil Régionalcomposé majoritairement de membres du parti qu’il préside, Alliance pour le progrès (APP).

Dans le cas de 2023, Acuña a pris jusqu’à cinq périodes d’absence, toutes de plus d’une semaine, réparties comme suit entre les mois d’avril et décembre de cette année :

  1. Du 8 au 16 avril (9 jours)
  2. Du 9 au 18 juin (10 jours)
  3. Du 28 juillet au 5 août (9 jours)
  4. Du 6 au 14 octobre (9 jours)
  5. Du 12 au 19 décembre (8 jours)

Bien qu’il ne s’agisse pas exactement des mêmes dates, dans la demande envoyée cette année par Acuña de céder – temporairement – le poste de gouverneur régional à sa vice-gouverneure, Joana del Rosario Cabrera Pimentel, l’autorité a demandé à s’absenter pour des périodes similaires en 2024 :

  1. Du 24 mai au 1er juin (9 jours)
  2. Du 28 juillet au 8 août (12 jours)
  3. Du 4 au 13 octobre (10 jours)
  4. Du 11 au 19 décembre (9 jours)

Le document envoyé au Conseil régional de La Libertad le 13 mai indiquait que ces périodes d’absence étaient demandées « pour des raisons personnelles et sans salaire », il indiquait également qu’« en cas d’urgence et au cas où il serait nécessaire de se rendre à mon concours , je serai toujours disponible virtuellement”

Cependant, interrogé sur ces périodes d’absence du pouvoir, Acuña a indiqué à la presse que son intention était de quitter le pays et de se rendre en Espagnequelque chose qu’il a accompli, selon Le commerceleur mouvement migratoire enregistre un départ vers le pays européen.

“Je crois qu’en tant que personnes, nous avons le droit de nous reposer […] et, quand je reviendrai, je reviendrai plus fort. En tant que gouverneur, je ne peux pas m’absenter 30 jours de suite. Il serait irresponsable de quitter la région aussi longtemps. Pour cette raison, j’ai décidé que les 30 jours qui me correspondent (…) D’ailleurs, ce ne sont même pas des vacances, mais plutôt (…) des congés sans solde. Autrement dit, cela ne coûte pas un seul centime à la région. Je vais quitter le Pérou. N’oubliez pas que j’ai une maison à l’extérieur du pays, nous devons voir comment sont les maisons.

Le gouverneur de La Libertad aurait encouru une cause de vacance en raison d’une prétendue absence de ses fonctions pendant plus de 45 jours, période maximale autorisée par la loi organique des gouvernements régionaux. | Photocomposition : Infobae Perú (Camila Calderón)

Selon Robert de la Cruzconseiller régional de La Libertad, “cette licence est un déguisement pour les vacances (…) il a utilisé ce chiffre comme façade, malheureusement la loi l’autorise à l’utiliser jusqu’à 45 jours”, a-t-il déclaré. Le commerce.

D’un autre côté, le Secrétaire général de l’Alliance pour le Progrès, Luis Valdeza indiqué qu’Acuña ne violerait pas la loi organique des gouvernements régionaux, qui permet aux gouverneurs de s’absenter de leurs fonctions jusqu’à 45 jours par an.

«Je sais qu’il y a un questionnement politiquemais il a un problème personnel à résoudre et n’est pas parti sans demander l’autorisation et sans l’autorisation du Conseil Régional», a déclaré Valdez en contact avec la presse.

Même si le gouverneur Acuna a soumis une demande d’absence de ses fonctions pendant 40 jours alors que la loi organique des gouvernements régionaux autorise jusqu’à 45 jours d’absence, la vérité est que le gouverneur de La Libertad a également accumulé 11 jours supplémentaires à l’extérieur du pays lors de son voyage en Chine en avril de cette année avec son fils, Richard Acunaet Luis Valdez.

La loi organique des gouvernements régionaux autorise jusqu’à 45 jours d’absence, la vérité est que le gouverneur de La Libertad, César Acuña, a également accumulé 11 jours supplémentaires à l’extérieur du pays lors de son voyage en Chine

De cette façon, le gouverneur aurait engagé cause du poste vacantpuisqu’il ajouterait un total de 51 jours d’absence au pouvoir.

A cette occasion, les trois personnages liés à la fête Alliance pour le progrès Ils ont voyagé – Acuña moyennant une « commission de service » – à l’invitation de l’entreprise Huaweiprobablement pour des raisons de projet de « ville intelligente » dans lequel l’entreprise serait chargée de conseiller le gouvernement régional de La Libertad pour mettre en œuvre des caméras de sécurité et l’intelligence artificielle dans la lutte contre l’insécurité des citoyens.

L’une des questions concernant ce voyage tient aux liens que Huawei entretient avec l’Université César Vallejo, une entreprise appartenant à César Acuña.

-

PREV Il y a une raison pour laquelle personne n’en veut.
NEXT Les commerçants demandent le statut des routes 14 et 18