Fermeture de la zone de prévention de la violence de genre à Neuquén : « nous sommes dans une situation assez préoccupante »

-

“C’est la première fois en Argentine que nous perdons l’institutionnalité en termes de politiques de genre, depuis 1987”, a assuré María José Vázquez, coordinatrice du Programme Droits d’Approche à Neuquén (PAD), qui sera démantelé suite à la décision du gouvernement national de dissoudre le sous-secrétaire à la Prévention de la Violence de Genre.

Le PAD était la source de revenus, par exemple, de l’Acompañar, une contribution financière de six mois destinée aux victimes de violences de genre. Également le programme de renforcement de l’accès aux droits des personnes transsexuelles et transgenres et le parrainage juridique gratuit pour les plaignants.

En dialogue avec RIO NEGRO RADIO, Vázquez a expliqué que dans la province il y avait deux équipes : une à Neuquén et une autre à Zapala. Le PAD est né en juin 2021, dans le cadre de l’anniversaire de « Ni Una Menos », et a accompagné 820 femmes et personnes LGBTIQ+ de la province.

“Ce que nous avons fait, c’est une approche globale dans chaque cas, en tenant compte de chaque situation particulière et en évaluant avec la femme la stratégie à suivre”il ajouta.

Il a déclaré qu’avec cette décision, l’État encourrait “non-respect des traités internationaux auxquels l’Argentine adhère et qui ont un statut constitutionnel”. Le message est clair, a-t-il souligné : « laissons les gens gérer du mieux qu’ils peuvent ».

Il a fait valoir que le gouvernement libertaire actuel « nie l’existence de l’inégalité entre les sexes, donc La violence de genre n’existe pas et tout est régi par cette inhumanité“Parce que cela ne peut pas être compris autrement, même si vous avez des couleurs politiques différentes, c’est inhumain.” Il a souligné que la situation était « assez pénible ».

«Nous tous qui travaillons de ce côté-là, de l’accompagnement, Nous le faisons en toute conviction, car sinon cela serait impossible, qu’il est possible de vivre une vie sans violence et pleine de droits pour les femmes, les lesbiennes, les travestis, les trans, les non binaires, les intersexués, nous pouvons et méritons d’avoir une vie sans violence et pleine de droits “, a-t-il souligné.

Écoutez l’interview de María José Vázquez sur RÍO NEGRO RADIO :

Connectez-vous à RÍO NEGRO RADIO. Écoutez-nous sur FM 90.9 de Neuquén, sur FM 91.9 de Roca, sur rionegro.com.ar/radio ou sur notre application (ici pour Android, ici pour iOS).

-

PREV Des dissidents des Farc attaquent le commissariat de Cauca : l’armée envoie un soutien aérien
NEXT Forage terminé ! Un chauffeur de taxi a simulé un vol et se retrouve désormais sans permis à Neuquén