Féminicide signalé à Las Tunas

Féminicide signalé à Las Tunas
Féminicide signalé à Las Tunas
-

Une jeune Cubaine a été victime d’un féminicide mercredi 5 juin dernier, dans la province de Las Tunas, selon des informations diffusées sur les réseaux sociaux.

Dans une plainte anonyme adressée au journaliste Alberto Arego, une femme, qui prétend être la tante de la victime, a déclaré que le crime s’est produit à 23 heures du soir, en pleine rue.

“Le 5, à 23 heures, ma nièce Katia Ortiz Figueredo se trouvait devant la pharmacie de la 11e rue, dans le quartier d’Aguilera, à Las Tunas, et elle a été sauvagement poignardée à mort par son mari”, a indiqué la source.

Ortiz et le féminicide ont divorcé il y a des mois, mais il l’a retenue pendant cinq jours dans sa maison, où il l’a agressée sexuellement, la laissant enceinte, selon les rapports de l’expert lors de l’autopsie.

La victime du fémicide laisse derrière elle deux enfants, un garçon de 8 ans et une fille de 3 ans. Elle n’avait que 25 ans.

« La pharmacie était pleine de monde, car le lendemain, ils faisaient la queue pour acheter des médicaments et le meurtrier était parmi les gens. Il s’appelle Yosbani Velázquez, également du casting d’Aguilera », a ajouté le plaignant.

Selon les proches de l’agresseur, l’homme est détenu depuis le jour du meurtre, car il s’était rendu.

Cette femme n’est rien d’autre qu’une autre victime de violences sexistes sur l’île, qui vivait dans la peur des menaces de son partenaire, puisqu’elle n’osait jamais le signaler.

Lire aussi : Un garçon cubain marche quotidiennement de La Víbora à Vedado pour économiser les 2 pesos que coûte le bus

« Ce que je veux, c’est que cette affaire soit révélée pour qu’il n’y ait aucun bénéfice et qu’il soit reconnu coupable de double meurtre. Je ne veux pas exposer de photos ni mon nom, car nous sommes très blessés et tristes. Ma vieille dame, qui est sa grand-mère, et sa mère sont très touchées. Et pour les enfants, seul un psychologue peut leur dire que leur maman ne sera plus là », conclut la plaignante.

Éditorial des Cubains du monde entier

-