La sénatrice colombienne a souligné le soutien sans réserve de Cuba à son pays

La sénatrice colombienne a souligné le soutien sans réserve de Cuba à son pays
La sénatrice colombienne a souligné le soutien sans réserve de Cuba à son pays
-

Au cours d’une réunion à laquelle ont participé des membres du Mouvement de solidarité avec Cuba, des membres de l’Association des résidents cubains en Colombie et le personnel diplomatique de l’île accrédité dans cette capitale, le législateur a déclaré qu’il était nécessaire d’agir pour briser le blocus imposé par le États-Unis, dont il a qualifié l’effet d’infâme. L’autre président du Groupe d’amitié entre le Congrès de Colombie et l’Assemblée nationale du pouvoir populaire de Cuba (Parlement monocaméral) a également évoqué la nécessité de sensibiliser les citoyens de la nation sud-américaine aux rigueurs dérivées du siège unilatéral de Washington.

Nous ne pouvons pas rester calmes, a-t-il exprimé, tout en appelant à multiplier les actions de solidarité envers un peuple qui, comme il l’a souligné, résiste chaque jour.

À cet égard, il a insisté sur la nécessité d’unir davantage d’efforts et sur l’urgence d’apporter des réponses plus efficaces, en sensibilisant davantage et en offrant un soutien à la plus grande des Antilles.

Il a rappelé comment, en maintenant l’engagement pris comme pays garant du processus de paix entre le Gouvernement de Colombie et l’Armée de Libération Nationale, le précédent gouvernement colombien, avec des groupes attardés des États-Unis, a provoqué le retour de Cuba sur la liste unilatérale. de pays qui parraineraient prétendument le terrorisme.

Dans le cadre de son discours, il a également indiqué qu’une réunion serait organisée entre les délégations parlementaires des deux pays pour discuter de questions d’intérêt commun en septembre prochain.

Il a également salué l’exemple historique donné par ce pays des Caraïbes au reste du monde.

« Il y a Cuba, avec la force et la détermination de son peuple pour dire que nous allons de l’avant et que la lutte continue », s’est-il exclamé.

Pour sa part, l’ambassadeur de l’île en Colombie, Javier Caamaño, a expliqué comment face à la politique d’asphyxie pratiquée par les États-Unis pour créer le chaos, le besoin et les calamités, la nation antillaise résiste, préserve ses acquis sociaux et assure le l’égalité des chances pour ses citoyens.

Il a rappelé comment le triomphe du processus insurrectionnel de 1959 a empêché les gangsters et les criminels de transformer Cuba en bordel, comme ils avaient tenté de le faire au milieu du siècle dernier.

Il a souligné qu’actuellement l’île et ses dirigeants se concentrent, selon la définition exprimée par Fidel Castro de la Révolution, sur le changement de tout ce qui doit être changé et sur l’élimination des obstacles qui entravent le développement de la nation.

La réunion, organisée ce jour-là et réalisée sous le nom de Guerre économique contre Cuba, a réuni des universitaires cubains qui ont expliqué à l’auditoire les effets du blocus que les États-Unis maintiennent contre l’île depuis plus de 60 ans.

npg/ifs

-