Bases juridiques et ambassade à l’UNESCO

-

Leenadora pour Neuquén, Lucila Crexell Elle était au centre de l’attention hier après la fuite d’un document de sa nomination officielle au poste d’ambassadrice de l’UNESCO, quelques heures avant que la Loi fondamentale ne soit discutée à la Chambre haute. L’un des dirigeants qui l’ont accusée était le secrétaire général de l’ATE nationale, Rodolfo Aguiar, qui Il a affirmé que le législateur avait commis un crime et qu’il devait faire l’objet d’une “enquête pour corruption”..

“C’est un crime réglementé par l’article 419 du Code pénal et établit une peine de prison de 1 à 6 ans, pour ceux qui demandent ou acceptent des faveurs en échange d’un acte lié à l’exercice de la Fonction Publique”, a déclaré le syndicaliste sur son réseau social X.

Et il a ajouté : «L’achat d’autres testaments ne peut être exclu. “Ce n’est qu’ainsi qu’on pourra comprendre qu’ils sont prêts à approuver une loi qui causera des dommages irréparables à l’Argentine.”

En outre, il a évoqué l’un des points que l’ATE remet en question concernant l’initiative officielle. «En ce qui concerne la réforme du travail incorporée, On leur dit que ce ne sera pas avec nous qu’ils expérimenteront ces théories néfastes, délirants et qui ont déjà échoué partout dans le monde. “Nous n’allons pas rester impassibles et détourner le regard pendant qu’ils détruisent l’État”, a-t-il indiqué.

Crexell sur la loi des bases et son application à l’UNESCO


“Ce n’est pas vrai. C’est une négociation qui remonte à loin. J’ai un accord avec Pablo Cervi. L’année dernière, il y avait une possibilité que je puisse aller dans une organisation internationale. Nous y travaillions avec Patricia Bullrich, mais lorsqu’elle a perdu les élections, cette possibilité est tombée”, a-t-il déclaré hier à propos des spéculations sur sa nomination avant le traitement par le Sénat de la loi sur les bases.

“En avril, cette possibilité a été reprise et ils m’ont proposé une place à l’UNESCO”, a-t-il ajouté lors d’un dialogue avec La Nación +

Et il a souligné : « C’est vrai que Il y a eu une offre, mais elle n’a rien à voir avec la négociation de la Loi fondamentale.

Il a déclaré que la fuite du document avant la séance est peut-être une “opération” d’un secteur lié au kirchnérisme. “S’ils pensaient qu’ils allaient m’intimider avec cela, la seule chose qu’ils ont réussi a été de rendre mon vote fidèle à l’engagement pris”, a-t-il déclaré.

-