Depuis Cordoue, ils exigent une plus grande décentralisation des redevances minières

Depuis Cordoue, ils exigent une plus grande décentralisation des redevances minières
Depuis Cordoue, ils exigent une plus grande décentralisation des redevances minières
-

Dans une demande énergique en faveur d’une plus grande décentralisation des redevances minières et énergétiques, le gouverneur du département de Cordoue, Erasmo Zuleta Bechara a expliqué que son territoire produit d’importantes ressources naturelles sans bénéficier des bénéfices correspondants.

Le président de région a fondé sa demande sur Cordoue est un important producteur minier et énergétique du pays, mais ne perçoit actuellement pas de redevances insuffisantes.

“Córdoba dispose d’un budget de 7,1 milliards de dollars, dont 5 milliards pour payer les enseignants, 1 milliard pour la santé, et seulement 250 milliards de dollars sont des investissements gratuits avec ses propres ressources”, il a détaillé.

Sa position a été reprise par le président exécutif de Fenalcarbón, Carlos Andrés Cante, qui a soutenu les revendications en faveur de la décentralisation : « Avec le plan précédent, votre département ne recevrait pas 900 milliards de dollars, mais au moins 2 500 milliards de pesos sur cette période de quatre ans. Ce qui se passe, c’est que, grâce aux ressources du département de Cordoue, 1.103 communes reçoivent aujourd’hui des contributions du système général de redevances », Cante a souligné.

« Il faut alors exiger une plus grande contribution des entités territoriales, mais dans ce système de solidarité » a ajouté le chef d’entreprise.

Selon le gouverneur Erasmo Zuleta, Cordoue ne recevra que 900 000 millions de dollars de redevances dans les 4 prochaines années, jugent ce chiffre insuffisant :

“C’est pourquoi nous avons besoin de redevances plus élevées pour investir stratégiquement et diversifier notre économie au-delà des sources non renouvelables qui seront épuisées”, il a souligné.

Le gouverneur aspire à une « autonomie territoriale » totale basée sur les ressources considérables que produit la région, cavec le soutien du secteur privé dans cette revendication d’une plus grande décentralisation fiscale.

-