La marche des syndicats et des organisations contre la loi des bases a commencé à Cordoue – Notes – Toujours ensemble

La marche des syndicats et des organisations contre la loi des bases a commencé à Cordoue – Notes – Toujours ensemble
La marche des syndicats et des organisations contre la loi des bases a commencé à Cordoue – Notes – Toujours ensemble
-

À Cordoue, diverses organisations ouvrières et syndicats, dont le Polo Obrero UPC Capital et le syndicat des pharmaciens, se sont rassemblés au 30, avenue Maipú avec l’intention de manifester contre une loi qu’ils considèrent comme « anti-ouvrière ». La mobilisation a affecté la circulation normale dans la ville, notamment sur les avenues Colón et General Paz.

La manifestation a commencé à Maipú et se poursuivra dans la rue 27 de Abril, modifiant ainsi le parcours habituel. Les manifestants prévoient de passer par El Panal, avec une présence policière dans la zone.

On estime qu’il y a entre 200 et 250 mètres de manifestants présents.

Après le Nid d’abeille, les manifestants continueront leur chemin sur le boulevard Guzmán. Ensuite, ils prendront le chemin inverse le long de l’avenue Olmos jusqu’à atteindre General Paz. Enfin, ils termineront leur visite au Patio Olmos vers 18h ou 18h30.

Emmanuel Bérardo du Polo Obrero a expliqué, en dialogue avec Chaîne 3 le parcours de la marche : “Nous allons étendre la mobilisation, qui ira dans la direction opposée en passant par Colón et montera à General Paz jusqu’à Patio Olmos, où nous allons organiser un événement.”

Selon Berardo, cette manifestation est une réponse à la tentative du gouvernement de voter une loi préjudiciable aux travailleurs. Il a également souligné que « la grande mobilisation qui a eu lieu avec des dizaines de milliers de travailleurs depuis ce matin à Buenos Aires » a fait reculer le gouvernement.

/Accueil Code Intégré/

/Fin du code intégré/

La présence notable d’enfants et de bébés dans la marche a été justifiée par Berardo : « Dans ce pays, 7 enfants sur 10 ont faim. Ils se mobilisent parce qu’ils n’ont nulle part où les laisser. payer une baby-sitter.

La fermeture totale de la circulation dépend du nombre final de manifestants. On estime que plus de 5 000 personnes pourraient participer à partir de cette seule colonne. L’événement principal est prévu vers 18h ou 18h30.

Au cours de l’après-midi, d’autres groupes comme le Polo Obrero, la Gauche, l’Unidad Piquetera, l’ATE, l’UEPC Capital et l’UTS tiendront également une marche en rejet de ladite loi. Le rassemblement débutera à 16 heures du siège de l’UEPC, au 30 Maipú, et se terminera au Patio Olmos.

Ces mobilisations devraient générer complications de la circulation tant dans les rues que dans les zones entourant les points de concentration et de route. “L’objectif est d’exprimer notre mécontentement face à une loi que nous considérons préjudiciable aux travailleurs”, a déclaré un représentant syndical.

/Accueil Code Intégré/

/Fin du code intégré/

Dans la matinée, ils se sont inscrits complications en raison d’une coupure totale dans la rue Rivadavia, entre Rosario de Santa Fe et l’Av. Par ailleurs, un groupe de personnes se rassemble déjà devant le siège de La Bancaria sur cette dernière artère.

Il y a aussi coupes partielles aux carrefours Colón et Tucumán, ainsi qu’à Colón et General Paz. En ce sens, les conducteurs doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils traversent ces zones.

De plus, c’est bloqué Rue Alvear et il n’est pas possible de tourner à droite depuis Olmos sur cette route.

/Accueil Code Intégré/

/Fin du code intégré/

Reportage de Fernando Barrionuevo et Gonzalo Carrasquera

-