La Force publique a repris le contrôle de Cajibío après le harcèlement des dissidents

La Force publique a repris le contrôle de Cajibío après le harcèlement des dissidents
La Force publique a repris le contrôle de Cajibío après le harcèlement des dissidents
-

09h19

Dès 3h00 du matin les tirs se sont réveillés les habitants de Cajibío (Cauca). Des caméras de sécurité et les habitants eux-mêmes ont enregistré le harcèlement perpétré par des membres des dissidents des FARC dans la zone urbaine de cette municipalité.

La réponse de la Force publique a été rapide et avec un appui aérien. Le Gouvernement du Cauca a indiqué que, grâce au renfort d’hommes, le l’attaque a pu être contenue rapidement.

En savoir plus: Alerte pour harcèlement de dissidents au commissariat de Potrerito, Jamundí

“Grâce au fait que notre Force Publique a été renforcée en nombre d’unités et qu’un soutien aérien rapide a été fourni, Il a été possible de contenir les actions de ces groupes criminels qui attaquent notre population sans mesure.», a rapporté Octavio Guzmán, gouverneur du Cauca.

Le rapport officiel indique que L’incident a causé des dégâts matériels dans certaines habitations civiles. Aucun décès ni aucun blessé n’ont été exclus.

« Tout le soutien à notre police nationale colombienne. Cauca continue au milieu d’une guerre absurde, que personne ne gagne, cela ne nous laisse que désolation et troubles. Jusqu’à quand ? », a souligné le gouverneur Guzmán.

Une situation similaire se produit dans la Valle del Cauca. Dans la municipalité de Jamundí, un harcèlement de la part de l’état-major central des FARC contre le commissariat du secteur de Poterito a été signalé dans la matinée du 12 juin. Quelques minutes plus tard, l’explosion d’une bombe motorisée s’est produite, faisant plusieurs blessés.

À savoir : Deux membres du parti Comunes ont été assassinés ce week-end dans la Vallée

Les départements de Cauca, Valle et Nariño continuent d’être le théâtre d’un affrontement armé entre les dissidents de l’EMC et la Force publique. Depuis le 17 mars dernier, le cessez-le-feu bilatéral dans cette région du pays a été rompu et le président Gustavo Petro a ordonné une « offensive totale » contre les clandestins opérant dans le sud-ouest du pays.

« Nos troupes de la Brigade 29 se trouvent dans la zone urbaine de Cajibío pour renforcer la sécurité après l’attaque contre le commissariat de police, apparemment perpétrée par la structure résiduelle du groupe armé organisé Jaime Martínez. Ces attaques mettent en danger la vie de la population civile et de la Force publique », a indiqué la Troisième Division de l’Armée dans un communiqué.

Continuez à lire : Attention ! Crise de l’ordre public à Jamundí après l’explosion d’une moto piégée au centre ville

-