La Colombie arrête net ses exportations de charbon vers Israël et s’expose à des amendes d’un million de dollars

La Colombie arrête net ses exportations de charbon vers Israël et s’expose à des amendes d’un million de dollars
La Colombie arrête net ses exportations de charbon vers Israël et s’expose à des amendes d’un million de dollars
-

Le président Gustavo Petro n’arrête pas l’escalade diplomatique contre Israël. Et au milieu d’une situation économique difficile, elle a annoncé samedi qu’elle suspendait ses exportations de charbon vers Israël en représailles à la guerre à Gaza. La sanction commerciale intervient précédée de messages échangés sur les réseaux sociaux entre les dirigeants des deux pays. Ce pays d’Amérique du Sud est le plus grand fournisseur de combustibles fossiles de la société énergétique publique basée dans la ville portuaire de Haïfa. Les syndicats et les hommes d’affaires du secteur colombien des hydrocarbures mettent en garde contre un problème supplémentaire pour les caisses d’un gouvernement en difficulté en raison de déficits fiscaux et commerciaux élevés.

Les conséquences commerciales de la mesure ne semblent pas bonnes. D’une part, la Colombie est le plus grand fournisseur de charbon d’Israël avec une part de marché de plus de 50 %, selon l’American Journal of Transportation. Et d’autre part, les ventes de combustibles fossiles à la société publique Israel Electric Corporation représentaient 447 millions de dollars en 2023. Ces chiffres laissaient 165 millions pour les taxes et redevances, même si l’année dernière ils ont subi une baisse de 57% par rapport à jusqu’en 2022 et ne représentent qu’une petite fraction des 9 milliards de dollars de charbon exportés l’année dernière.

Sergio Guzmán, directeur du groupe de réflexion Colombia Risk Analysis, indique qu’Israël lorgne déjà sur d’autres fournisseurs. « Le marché mondial du charbon, en outre, est considérablement affaibli par les progrès technologiques et les investissements dans les énergies renouvelables. » La nouvelle, selon lui, représente un nouveau « coup dans la poitrine » symbolique pour un président qui a cherché à se positionner au sein du mouvement progressiste et écologique international. Le ministère du Commerce, qui a déjà préparé un projet de décret interdisant la vente, a précisé que les expéditions déjà approuvées ne seront pas affectées par l’entrée en vigueur du blocus.

Pour l’ancien ministre du secteur José Manuel Restrepo, la décision comporte des risques pour les régions productrices de charbon, qui cesseront de recevoir plus de 65 milliards de pesos de redevances. Il s’agit de deux départements de la région caribéenne de Colombie confrontés à des urgences sociales, comme Cesar et La Guajira. Pour Restrepo, il s’agit d’une décision idéologique : “Il est compréhensible que les gouvernements exigent le respect du droit humanitaire de la part des autres gouvernements, mais des voies diplomatiques existent pour cela sans affecter la dynamique économique et productive du pays”.

Petro a prévenu que les exportations reprendraient lorsqu’Israël se conformerait à l’ordre de la Cour pénale internationale de suspendre l’offensive militaire sur la ville frontalière de Rafah, la seule sortie vers l’Égypte depuis la bande de Gaza. L’annonce, comme d’habitude, a été lancée via son compte X, où il a souligné le « génocide » qui, selon lui, est en train d’être commis sur le territoire palestinien.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait assuré mi-mai qu’il ne recevrait pas de leçons d’un antisémite, faisant allusion aux déclarations répétées de Petro en faveur de la cause palestinienne. Et le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, avait qualifié quelques jours plus tôt le président colombien d’« antisémite haineux » pour avoir « soutenu les meurtriers du Hamas ». C’est le ton récent de la relation entre deux pays qui maintiennent un accord de libre-échange et sont unis par d’anciennes relations commerciales en matière d’équipements de renseignement numérique, de fusils d’assaut, de combattants Kfir et d’autres services militaires israéliens sous contrat depuis des décennies par une partie du ministère colombien. de la Défense.

Bulletin

L’analyse de l’actualité et les meilleures histoires de Colombie, chaque semaine dans votre boîte mail

RECEVEZ LE

L’ancienne ministre du Commerce et présidente de la Chambre de commerce colombienne américaine, María Claudia Lacouture, met également en garde contre les répercussions sur les commerçants colombiens qui exportent du charbon vers Israël et contre l’incertitude juridique qui plane sur la confiance des investisseurs. L’Australie et l’Afrique du Sud fournissent déjà du charbon à l’État d’Israël et il est probable que d’autres pays, comme la Russie, les rejoindront en tant que partenaires commerciaux. Les questions qui se posent tournent autour des conséquences juridiques d’une éventuelle rupture de contrats de 28 ou 30 ans protégés par les clauses et sanctions incluses dans l’accord de libre-échange entre les deux pays.

« Nous appelons de toute urgence l’Afrique du Sud, qui fournit 9 % du charbon d’Israël, à suivre l’exemple de la Colombie », peut-on lire dans un communiqué du Global Energy Embargo for Palestine, une plateforme de pression palestinienne visant à bloquer les exportations d’hydrocarbures vers Israël. La Israel Electric Corporation a nuancé la pression et a indiqué que ses affaires avec le pays sud-américain se font par l’intermédiaire de deux grandes sociétés de commercialisation : l’américaine Drummond et la suisse Glencore.

Il a également précisé qu’il étudiait déjà des fournisseurs alternatifs d’une énergie fossile comme le charbon, qui assure un cinquième de la production énergétique israélienne : « Nous n’achetons pas directement à la Colombie et nous ne participons pas à leurs appels d’offres pour la vente de charbon. “Nos accords sont avec de grandes sociétés commerciales internationales et nous avons des alternatives pour diversifier nos sources”, rapporte le journal. Le temps d’Israël.

Abonnez-vous ici au bulletin d’information EL PAÍS sur la Colombie et ici sur la chaîne sur WhatsAppet recevez toutes les clés d’informations sur l’actualité du pays.

-