Dani “La Chepi” se produit à San Juan au Théâtre Municipal

Dani “La Chepi” se produit à San Juan au Théâtre Municipal
Dani “La Chepi” se produit à San Juan au Théâtre Municipal
-

Dani La Chepi se produit à San Juan. Dimanche prochain, le 23 juin, l’humoriste arrive au Cinéma Théâtre Municipal à 20h30 avec « Vivila como querés ». Les billets sont en vente sur www.entradaweb.com et varient entre 10 000 $ et 17 000 $.

Accompagné de la musique de Fer Chavix, de la direction musicale de Federico Plaate, de la direction générale de Noralih Gago et de la production générale de Chacho Garabal.

Avant son arrivée dans la province, Daniela a parlé avec JOURNAL HUARPE et il a avancé les détails de son spectacle, commenté le parcours de production et fait le tour des changements survenus depuis sa dernière visite à San Juan en 2022.

Le besoin de rire

Dani assiste à l’interview et pendant la conversation, il parle du spectacle et de la tournée. Une chose est claire, il parle d’un pèlerinage qui transforme le traumatisme et la tragédie en alchimie et les transforme en humour. Dani parle des mêmes chansons, de la même éducation et de la psychose d’une génération qui a grandi dans les années 80, a vécu au moins deux crises financières et dans cette boucle, il donne la parole à partir de sa propre vie. De la même manière que les Grecs ont fait la catharsis, « La Chepi » devient un masque pour rire de ce qui semble nuire, mais est une marque de l’identité de tout un pays.

« L’Argentine a besoin de rire. Nous sommes comme une locomotive qui traite tout en même temps qu’elle survit et passe un bon moment, alors à partir de là, je ris », dit l’humoriste. Née et élevée dans une maison où tout était vécu avec intensité, elle dit qu’une crevaison sur un vélo était tragique, elle s’est rendu compte qu’en exagérant elle fixait une limite et évitait ces apocalypses quotidiennes. « Si la moto crevait, mon vieux disait comment elle pouvait crever et c’était un gros problème. Ensuite, je le réprimandais et lui disais : « Comment vais-je survivre à cela ? » », dit-il en riant. Parmi la pulsion de mort constante, l’humour rend une pulsion de vie, c’est ainsi que se résume le spectacle où le scénario est un prétexte car chaque rencontre est une boîte à surprises, une rencontre avec le public.

«Je suis née et j’ai été hospitalisée. Ils m’ont donné le baptême et l’extrême-onction le même jour. Ainsi chaque rhume était vécu avec une intensité. Là, le rire a été la seule chose qui m’a sauvé”, a-t-il expliqué. Avec ce regard qui s’étonne de tout, « La Chepi » présente une série de situations pour rire d’elle-même, pour que le public rie avec elle.

La conversation continue, Daniela est une machine à anecdotes. Chaque phrase se termine par une punchline et une pause en attente de rire. Son besoin de comédie est réel. Elle le vit dans ses liens de mère, de couple, de fille, de sœur.

Sorti d’une dépression et des portails intitulés « Dani au pire », tout cela devient un spectacle. Bien sûr, il précise avant de conclure : « apportez des vins de San Juan, c’est comme ça qu’ils rendent maman heureuse ».

-