Martín Menem : “Nous voulons une nouvelle Argentine, peu importe qui gouverne”

Martín Menem : “Nous voulons une nouvelle Argentine, peu importe qui gouverne”
Martín Menem : “Nous voulons une nouvelle Argentine, peu importe qui gouverne”
-

Le président de la Chambre des députés de la Nation, Martín Menem, est passé par la ville de Santa Fe pour « ratifier l’adhésion à La Libertad Avanza et disposer d’un instrument électoral pour 2025 ».

Telle a été la procédure menée au Secrétariat électoral national avec la secrétaire générale de la présidence, Karina Milei, et accompagnée des députés nationaux de Santa Fe Romina Diez et Nicolás Mayoraz, et qui a été évoquée dans le cadre chaotique enregistré à la sortie. de ce bureau, avec la présence de militants et des difficultés extrêmes pour le travail journalistique.

Dans ce contexte, Menem a été consulté sur le traitement de la Loi Base et du paquet fiscal, qui ont été approuvés à moitié par la Chambre basse et sont en cours d’exécution au Sénat. “J’espère qu’ils se montreront à la hauteur et que les sénateurs soutiendront ce pour quoi le peuple a voté”, a-t-il résumé, tout en reconnaissant que les chiffres précédents indiquaient que le rapport de forces entre soutien et rejet était “très égal”.

Des partisans se sont approchés du Secrétariat électoral pour saluer Karina Milei. Crédits : Flavio Raina

Menem a également indiqué qu’ils allaient participer à une réunion avec des partisans de la LLA dans la province, puis retourner à Buenos Aires.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pouvait y avoir un rapprochement avec le secteur politique dirigé par le gouverneur Maximiliano Pullaro, il a répondu que « d’ici 2025, il reste beaucoup à faire. Nous sommes un nouveau parti, nous sommes en formation dans toute l’Argentine. Voyons comment les choses se passent. »

« La politique est très dynamique. J’espère que nous pourrons construire une nouvelle Argentine, peu importe qui est le gouverneur ou qui est le président : nous voulons une nouvelle Argentine », a conclu le dirigeant.

En dialogue avec les journalistes, le juge fédéral chargé des élections, Reynaldo Rodríguez, a expliqué que ce qui a eu lieu était « une audition avec des représentants de La Libertad Avanza afin de pouvoir participer au prochain processus électoral. Le processus d’élaboration de la loi sur les partis politiques a été achevé, c’est-à-dire une audience pour la reconnaissance provisoire du parti au niveau provincial. Cela fait partie du processus pour avoir la personnalité juridique et politique et pouvoir intervenir dans le prochain processus électoral.

Le magistrat a également confirmé que cela fait partie du chemin vers la reconnaissance du parti au niveau national, pour lequel il doit être préalablement reconnu dans cinq circonscriptions. “Le Dr Menem m’a dit que La Rioja était le parti fondateur, ils ont continué avec Buenos Aires et maintenant ils sont venus à Santa Fe”, a-t-il conclu.

-