Les Cubains ferment une route à Villa Clara pour protester contre le manque d’eau

Les Cubains ferment une route à Villa Clara pour protester contre le manque d’eau
Les Cubains ferment une route à Villa Clara pour protester contre le manque d’eau
-

Après plus de deux mois sans eau potable, les habitants du village Ecoa 13 de Villa Clara, sur la route de Camajuaní à Santa Clara, ont fermé l’avenue pour protester contre la négligence des autorités et ont exigé le rétablissement du service.

Les manifestants ont confirmé qu’ils étaient privés de liquide depuis plus de deux mois et sont donc descendus dans la rue pour fermer la circulation en criant “nous voulons de l’eau”.

Des femmes et des enfants ont placé plusieurs réservoirs en plastique vides au milieu de la rue pour gêner la circulation des véhicules.

Après la manifestation, le régime a envoyé trois conduites d’eau pour calmer la situation.

L’internaute Amelia Leon Pacheco, résidente de cette ville, a déclaré que la manifestation s’est produite parce que le mécontentement est généralisé. “Il n’est pas durable d’avoir une population sans eau pendant autant de jours. Il n’y a aucune justification… il y a eu une solution immédiatement et le délégué municipal le savait parce que je l’ai moi-même alerté ; une intervention opportune aurait empêché cela.” il a dit.

Un témoin confirmé aux médias indépendants Journal cubain que “les gens transportent de l’eau le long de la route avec ces cubes depuis des semaines”.

Plus de 60 % des Cubains vivent sans approvisionnement stable en eau potable et 80 % souffrent de pannes d’électricité à leur domicile, selon une enquête réalisée l’année dernière par l’Observatoire des droits sociaux de Cuba.

Dans ce contexte le Manifestations contre le manque d’eau et les pannes de courant sont devenues de plus en plus fréquentes.

L’année dernière, plus d’une douzaine de femmes cubaines, dont beaucoup accompagnées de leurs enfants, ont fermé l’intersection des rues Monte et Agramonte dans la Vieille Havane pour protester contre la pénurie d’eau prolongée dans cette municipalité de La Havane.

Le régime impute la crise de l’approvisionnement en liquide au mauvais état des canalisations et au manque d’entretien, puisque les équipements qui pompent l’eau, du moins dans la capitale, n’ont pas été entretenus ou remplacés depuis plus de 20 ans.

-