Ils expriment dans Matanzas de quel côté est la poésie (+Vidéo)

Ils expriment dans Matanzas de quel côté est la poésie (+Vidéo)
Ils expriment dans Matanzas de quel côté est la poésie (+Vidéo)
-

Matanzas, 12 juin (ACN) Cela a été une expression de la valeur de la poésie et de quel côté elle se trouve, chanter la vie et faire face à la barbarie, a-t-il souligné aujourd’hui. Alpidio Alonsoministre de la Culture de Cuba, lors d’une cantate pour la paix à l’occasion de la Festival International des Ponts Poétiques.

C’est la parole contre la barbarie, la parole contre la mort, la parole qui défend la juste cause des frères palestiniens et qui dénonce le crime commis dans ce lieu, a-t-il souligné à propos du génocide qui ne diminue pas dans la bande de Gaza avec les attentats de Israël.

Les poètes ont exprimé leur vérité, et cet événement l’a fait d’une très belle manière, en plein air avec une présence innombrable ; C’est la poésie qui se donne, se donne, fait partie du chant de la vie, a déclaré le également barde et éditeur.

Nous devons célébrer l’existence de cet événement, être fiers, très heureux que de la poésie soit écrite et lue à Cuba, car un peuple qui lit de la poésie est sauvé ; a commenté le ministre, qui a également loué la force de la tradition lyrique de Matanzas.

Près d’une centaine d’auteurs, consacrés et amateurs, ont partagé leurs vers sur le portail du Théâtre Sauto, un Monument National, parmi lesquels Miguel Barnet, Víctor Rodríguez Núñez, Nancy Morejón, Katherine Hedeen et Najwan Darwish, un écrivain palestinien reconnaissant pour les échantillons. de solidarité avec leur terre.

Il n’y a pas de meilleur endroit au monde pour célébrer un festival de poésie qu’à Matanzas, a déclaré à son tour le prestigieux auteur Víctor Rodríguez Núñez pour la lecture, au cours de l’événement qui a présenté les belles chansons de solistes et de groupes artistiques, parmi lesquels le troubadour Orlando Pérez, le chœur d’enfants Armonía et le chœur Cámara de Matanzas.

Le Festival International des Ponts de Poésie, inauguré mardi soir dernier, se prolongera jusqu’au 15 prochain pour faire de Matanzas une ville envahie par les vers, saluer les 80 ans de vie de l’écrivain Nancy Morejón, honorer le peuple de Palestine et se souvenir de Gabriel de la Concepción Valdés (Plácido) l’année du 180e anniversaire de son exécution.

-