Breaking news

“Le sort a été donné pour l’urbanisation, nous ne sommes pas devenus fous et sommes allés tuer des arbres”

-

Une coopérative d’habitation de Villa Traful doit payer 365 millions de pesos dans les 15 prochains jours pour avancer sur une forêt indigène, une zone classée « zone jaune » par la Direction des Forêts de Neuquén. De plus, ils doivent planter 6 500 arbres dans ce secteur en un an.

Comme l’a indiqué le ministère de la Production et de l’Industrie de la province, la violation a été commise en janvier 2023 sur une superficie d’environ 4,5 hectares par la Villa Traful Housing and Consumer Cooperative Ltda.

L’organisation a été créée Il y a dix ans pour accéder au logement. Aujourd’hui, il a 40 partenaires.

«En 2015, la Direction du Territoire nous a cédé la propriété d’un terrain au kilomètre 40 de la route 65, qui est de couleur jaune Bosques. Tout autour est vert. Un an plus tard, nous avons passé un accord avec la Direction des Forêts à partir duquel nous devions présenter de la documentation et Ils se sont engagés à procéder à l’ajustement de catégorie et au changement d’utilisation des terres.», a déclaré Sofía Leal, l’une des membres de la coopérative.

La coopérative a été créée il y a 10 ans. Photo : avec l’aimable autorisation

Les années suivantes, les allées et venues furent de toutes sortes. «En 2017, ils nous ont donné l’agrément technique et en 2019, ils ont marqué les arbres pour pouvoir réaliser les rues. Nous procédons à l’abattage avec cette autorisation. Et il s’avère qu’en 2022, ils nous disent que tant que Traful n’aura pas un code urbain mis à jour et un nouveau plan de développement territorial, ils ne nous donneront pas l’ajustement de catégorie”, a déclaré Leal.

Il a assuré que le précédent maire, Omar Torres, les avait autorisés à nettoyer les terrains en retournant les arbres. Pendant trois mois, dit-il, Il n’y a eu aucune inspection de la part de la Direction des Forêts ou de la Police.

«A Traful, toutes les terres sont publiques et celui qui cède les terres est la Province. Des lots sont livrés pour le développement et des enquêtes doivent évidemment être faites. Pour chaque arbre abattu, trois doivent être plantés. Ceci est déjà connu. Dans ce cas, l’amende excessive est proportionnelle au non-respect par l’agent public du fait qu’il n’a pas respecté l’accord signé en 2016. Nous avons avancé dans la mesure où la Direction des Forêts nous a donné l’autorisation.” a déclaré Leal tout en assurant qu’ils feraient appel de la mesure.

Il a également mentionné que deux autres terrains adjacents au parcours qui ont également été donnés à deux familles bénéficient déjà de l’ajustement de catégorie. «Cette amende survient parce que nous avons commencé à demander des rapports sur les dispositions relatives aux lotissements à Traful«, a-t-il indiqué.

Il remet également en cause l’obligation de planter 6.500 arbres puisque “ils n’entrent pas dans la propriété”. «L’entreprise CN Sapag en charge du tracé de 30 kilomètres doit reboiser 8 000 espèces en 5 ans. En un an, nous devons payer 6 500 pour avoir 120 ans. Nous ne refusons pas le reboisement mais l’amende est absurde ainsi que le fait qu’ils continuent à refuser de faire l’ajustement de catégorie.

-