Breaking news
Narcissa Hirsch. Expérience et poésie -

“Calafatín” sera la mascotte hôte des Jeux d’Araucanie

“Calafatín” sera la mascotte hôte des Jeux d’Araucanie
“Calafatín” sera la mascotte hôte des Jeux d’Araucanie
-

L’oiseau doit son nom au fruit endémique de la Patagonie chilienne et argentine, choisi par vote populaire.

Il y a eu plus de 270 votes qui ont été reçus sur les réseaux sociaux du ministère des Sports d’Aysén, où chacun a indiqué son option préférée pour donner un nom à la mascotte des Jeux de l’Araucanie qui auront lieu entre le 10 et le 16 novembre, dont le siège est à Coyhaique, Puerto Aysén et un sous-siège à Punta Arenas.

La ministre des Sports, María Eugenia Durán, a déclaré que le processus avait largement dépassé les attentes et qu’elle était satisfaite du résultat.

“Dans cet événement sportif binational qui en est désormais à sa 31ème année, promouvant non seulement les valeurs du sport mais aussi l’union entre deux nations sœurs, il est important de souligner que ces jeux s’adressent à tous les habitants de notre région et à tous. est invité à y assister pour vivre l’émotion du sport.

Le public a exprimé sa préférence parmi sept finalistes choisis par le comité d’organisation des Jeux, le nom étant Calafatín », celui qui a obtenu le plus de votes et a remporté la préférence du public, suivi respectivement par Kaii et Chúo.

Ainsi, la mascotte qui représente un chucao de l’artiste régional Roger Leviñanco portera le nom créé par Isidora Rivas, 8 ans.

La jeune fille, dans son argumentation, a souligné : « Calafate, qui représente notre fruit de Patagonie, le calafate, et comme résultat de l’histoire du calafate que ma mère m’a racontée il y a quelques jours et que lorsque je lui ai montré le fruit, cela s’est produit à nous en tant que famille que “cela pourrait être un bon nom, aussi si représentatif de notre Patagonie”.

Si vous souhaitez recevoir des nouvelles publiées dans le Diario Regional Aysén, enregistrez votre adresse e-mail ici

Si vous envisagez d’utiliser le contenu de notre journal (textes ou simplement données) dans un média, un blog ou des réseaux sociaux, indiquez la source, sinon vous encourrez un délit sanctionné par la loi n° 17 336 sur la propriété intellectuelle. Ce qui précède ne s’applique pas aux photographies et vidéos, puisque leur reproduction à des fins d’information est totalement INTERDITE.

-