« Nous avons 27 écoles qui fonctionnent comme refuges » « Diario y Radio Universidad Chile

-







Alejandra Arratia a également expliqué que “le cadre général est que les cours reprendront lundi”, mais a prévenu qu’en tant que ministère, ils évalueraient au cas par cas, en tenant compte des conditions particulières de chaque territoire.

vendredi 14 juin 2024 10h34.

Photo : Agence Aton

La suspension des cours dans les établissements scolaires se poursuit ce vendredi en raison du système frontal qui touche une grande partie de notre pays depuis le De la région de Coquimbo à la région de Ñublequi ont été déclarés comme zones sinistrées.

Concernant la reprise du fonctionnement des écoles pour ce lundi, dans un entretien avec la première édition de Radioanalysele(s) ministre(s) de l’Éducation, Alexandra Arratiaj’affirme que “Le cadre général est la reprise des cours lundi. Certes, ce que nous faisons, c’est la conversation avec les supporters et dans les différents territoires, aux différents niveaux, avec les équipes dirigeantes, pour voir où il faut adapter cela« .

“Particulièrement dans ces situations, il faut avoir la flexibilité de s’adapter en fonction de la situation, d’ailleurs, à Curanilahue il y aura une situation particulière et dans d’autres endroits aussi”, a-t-il ajouté.

En ce sens, le ministre a souligné que «Il ne faut pas oublier que les vacances d’hiver commencent la semaine prochainequi avait déjà été évoquée l’année dernière pour une question de santé, vers la fin juin.»

Concernant les établissements scolaires qui servent d’abris, à cause des pluies intenses, Arratia a expliqué que «Hier soir, nous avons 27 établissements qui fonctionnent comme refuges, dans les régions de Coquimbo nous en avons un et aussi à Valparaíso. Dans la Région Métropolitaine, nous en avons quatre, à O’higgins deux, à Biobío 17 et en Araucanía deux.

« Nous servons environ 400 personnes et il est important de considérer que dans les zones les plus touchées, Nous mettons à disposition des établissements pour servir d’hébergement, un nombre qui sera modifié d’une manière ou d’une autre au cours de la journée.“il ajouta.

Concernant les critiques que le ministre de l’Éducation, Nicolás Cataldo, a reçues pour avoir participé à la tournée européenne du président Gabriel Boric dans le cadre de cet événement météorologique, le(s) ministre(s) ont soutenu que “Je dois vous dire que le ministre est constamment en contact avec nous« .

“En fait, à 07h30 nous avons déjà été en contact, il a été coordonné, prenant les définitions, supervisant la gestion à partir de là, donc, comme le Président, il a été en permanence en coordination, supervisant et exécutant les instructions, » a-t-il souligné.

De même, il a ajouté que « dans ces contextes où le système frontal nous frappe et nous relie à la fragilité dans différents domaines, On aimerait que chacun déploie ses efforts pour résoudre les problèmes et se rende disponible pour participer aux améliorations et au soutien dont les citoyens ont besoin.« .

Découvrez l’interview complète ici :

La suspension des cours dans les établissements scolaires se poursuit ce vendredi en raison du système frontal qui touche une grande partie de notre pays depuis le De la région de Coquimbo à la région de Ñublequi ont été déclarés comme zones sinistrées.

Concernant la reprise du fonctionnement des écoles pour ce lundi, dans un entretien avec la première édition de Radioanalysele(s) ministre(s) de l’Éducation, Alexandra Arratiaj’affirme que “Le cadre général est la reprise des cours lundi. Certes, ce que nous faisons, c’est la conversation avec les supporters et dans les différents territoires, aux différents niveaux, avec les équipes dirigeantes, pour voir où il faut adapter cela« .

“Particulièrement dans ces situations, il faut avoir la flexibilité de s’adapter en fonction de la situation, d’ailleurs, à Curanilahue il y aura une situation particulière et dans d’autres endroits aussi”, a-t-il ajouté.

En ce sens, le ministre a souligné que «Il ne faut pas oublier que les vacances d’hiver commencent la semaine prochainequi avait déjà été évoquée l’année dernière pour une question de santé, vers la fin juin.»

Concernant les établissements scolaires qui servent d’abris, à cause des pluies intenses, Arratia a expliqué que «Hier soir, nous avons 27 établissements qui fonctionnent comme refuges, dans les régions de Coquimbo nous en avons un et aussi à Valparaíso. Dans la Région Métropolitaine, nous en avons quatre, à O’higgins deux, à Biobío 17 et en Araucanía deux.

« Nous servons environ 400 personnes et il est important de considérer que dans les zones les plus touchées, Nous mettons à disposition des établissements pour servir d’hébergement, un nombre qui sera modifié d’une manière ou d’une autre au cours de la journée.“il ajouta.

Concernant les critiques que le ministre de l’Éducation, Nicolás Cataldo, a reçues pour avoir participé à la tournée européenne du président Gabriel Boric dans le cadre de cet événement météorologique, le(s) ministre(s) ont soutenu que “Je dois vous dire que le ministre est constamment en contact avec nous« .

“En fait, à 07h30 nous avons déjà été en contact, il a été coordonné, prenant les définitions, supervisant la gestion à partir de là, donc, comme le Président, il a été en permanence en coordination, supervisant et exécutant les instructions, » a-t-il souligné.

De même, il a ajouté que « dans ces contextes où le système frontal nous frappe et nous relie à la fragilité dans différents domaines, On aimerait que chacun déploie ses efforts pour résoudre les problèmes et se rende disponible pour participer aux améliorations et au soutien dont les citoyens ont besoin.« .

Découvrez l’interview complète ici :

La suspension des cours dans les établissements scolaires se poursuit ce vendredi en raison du système frontal qui touche une grande partie de notre pays depuis le De la région de Coquimbo à la région de Ñublequi ont été déclarés comme zones sinistrées.

Concernant la reprise du fonctionnement des écoles pour ce lundi, dans un entretien avec la première édition de Radioanalysele(s) ministre(s) de l’Éducation, Alexandra Arratiaj’affirme que “Le cadre général est la reprise des cours lundi. Certes, ce que nous faisons, c’est la conversation avec les supporters et dans les différents territoires, aux différents niveaux, avec les équipes dirigeantes, pour voir où il faut adapter cela« .

“Particulièrement dans ces situations, il faut avoir la flexibilité de s’adapter en fonction de la situation, d’ailleurs, à Curanilahue il y aura une situation particulière et dans d’autres endroits aussi”, a-t-il ajouté.

En ce sens, le ministre a souligné que «Il ne faut pas oublier que les vacances d’hiver commencent la semaine prochainequi avait déjà été évoquée l’année dernière pour une question de santé, vers la fin juin.»

Concernant les établissements scolaires qui servent d’abris, à cause des pluies intenses, Arratia a expliqué que «Hier soir, nous avons 27 établissements qui fonctionnent comme refuges, dans les régions de Coquimbo nous en avons un et aussi à Valparaíso. Dans la Région Métropolitaine, nous en avons quatre, à O’higgins deux, à Biobío 17 et en Araucanía deux.

« Nous servons environ 400 personnes et il est important de considérer que dans les zones les plus touchées, Nous mettons à disposition des établissements pour servir d’hébergement, un nombre qui sera modifié d’une manière ou d’une autre au cours de la journée.“il ajouta.

Concernant les critiques que le ministre de l’Éducation, Nicolás Cataldo, a reçues pour avoir participé à la tournée européenne du président Gabriel Boric dans le cadre de cet événement météorologique, le(s) ministre(s) ont soutenu que “Je dois vous dire que le ministre est constamment en contact avec nous« .

“En fait, à 07h30 nous avons déjà été en contact, il a été coordonné, prenant les définitions, supervisant la gestion à partir de là, donc, comme le Président, il a été en permanence en coordination, supervisant et exécutant les instructions, » a-t-il souligné.

De même, il a ajouté que « dans ces contextes où le système frontal nous frappe et nous relie à la fragilité dans différents domaines, On aimerait que chacun déploie ses efforts pour résoudre les problèmes et se rende disponible pour participer aux améliorations et au soutien dont les citoyens ont besoin.« .

Découvrez l’interview complète ici :

-