Antofagasta. Mutuelles de santé au travail : Au service de qui ?

Antofagasta. Mutuelles de santé au travail : Au service de qui ?
Antofagasta. Mutuelles de santé au travail : Au service de qui ?
-

Jeudi 13 juin, la plainte a été rendue publique par les travailleurs de l’hôpital régional d’Antofagasta, dans laquelle ils dénoncent une négligence absolue de la part de leur mutuelle, en l’occurrence l’ACHS, après avoir été soignés tout en étant gravement affectés tant psychologiquement que psychologiquement. physiquement par la suite à la situation critique où un patient qui voulait se suicider a été décompensé. L’ACHS a fermé les yeux sur cette situation, ignorant le statut des travailleurs, les renvoyant au travail, sans protection ni soutien après la situation tendue qu’ils ont vécue.

Si la situation vécue par les agents de santé des services d’urgence, débordés au niveau national en raison du nombre de consultations en santé mentale et du manque grave de lits pour une hospitalisation rapide dans les services qui disposent de personnel, est déjà difficile et les conditions d’infrastructures adéquates sont déjà difficiles. pour leur bon entretien et leur confinement, devient encore plus grave lorsque, dans des situations d’extrême gravité comme celle signalée par les travailleurs d’Antofagasta, les mutuelles ne sont pas responsables de la protection de l’intégrité des fonctionnaires.

Il convient alors de se demander à qui sont au service ces institutions censées assurer la « sécurité » physique et mentale des travailleurs ?

L’origine des mutuelles

Il est courant que ces entités privées minimisent les problèmes de santé au travail, voire ne veulent pas les reconnaître comme tels. Et les mutuelles ont justement une origine commerciale.

L’ACHS est née en 1958 d’un groupe d’entreprises, la Mutuelle de Seguridad est liée à la Chambre Chilienne de Construction. Depuis leur origine, ils défendent d’autres intérêts, qui ne sont pas précisément la santé globale des travailleurs, mais plutôt la manière d’éviter des dépenses ou des pertes pour les entreprises.

Ce qui est rapporté n’est pas quelque chose d’exclusif à une mutuelle ou au personnel hospitalier, au contraire, c’est un facteur commun du système mutualiste qui touche les travailleurs dans tous les domaines, minimisant les maladies professionnelles, ne les reconnaissant pas et donc les prévenant et les travailleurs en font usage. de congés de maladie, ou de suivre des études ou de recevoir des soins et que les employeurs doivent les payer. Mais les questions monétaires ne sont pas le seul problème des employeurs ; ils doivent également cacher tous les dommages causés par les longues heures de travail, le travail excessif et les conditions terribles dans lesquelles ils doivent travailler, en tenant les travailleurs pour responsables des dommages qu’ils causent. un résultat du travail.

Depuis Abran Paso, nous dénonçons ce qui s’est passé dans les services d’urgence, ainsi que sur n’importe quel lieu de travail. Assez que les mutuelles décident pour notre santé en faveur des grands patrons, il faut en finir avec les mutuelles comme institutions qui ne profitent que de la santé au travail, la santé des travailleurs doit être organisée par eux-mêmes, selon leurs critères et pour leurs besoins, et non au profit des hommes d’affaires et en faveur de leur productivité grotesque, c’est pourquoi il est nécessaire de s’exprimer et de ne pas se taire dans ces situations.

Si vous aimez ce que nous faisons, rejoignez la communauté

Nous nous fixons, et nous vous proposons, l’objectif d’atteindre les 10 000 collaborateurs connectés dans les prochains mois.

C’est aussi de vous que dépend notre capacité à refléter la réalité d’en bas et à combattre les grands médias au pouvoir.

Afin de continuer à grandir, rejoignez la communauté La Izquierda Diario.

-