« Ce n’est pas seulement un problème environnemental, mais aussi un problème économique et social pour le Chaco » – CHACODIAPORDIA.COM

-

“Depuis la promulgation de la loi 26.331 en 2007, la création du Fonds forestier national a été essentielle pour financer des projets qui assurent la survie et la durabilité de ces précieux écosystèmes”, a-t-il déclaré.

Ulrich a souligné que ce Fonds “garantit des ressources annuelles essentielles au maintien de pratiques de production durables et à la protection des forêts indigènes, fondamentales non seulement pour leur richesse environnementale, mais aussi pour leur valeur économique pour l’industrie forestière locale”.

Impact local et répartition équitable

Le producteur du Chaco a souligné que le Fonds a bénéficié chaque année depuis 2010 à environ 150 communautés, petits producteurs et associations. « Ces fonds sont utilisés pour des projets qui vont de la gestion à la restauration et à l’enrichissement des forêts, contribuant ainsi à la durabilité des activités forestières dans le région. La répartition équitable de ces ressources est cruciale pour soutenir les populations les plus vulnérables et promouvoir le développement durable à l’intérieur de la province », a-t-il ajouté.

Défis actuels

Cependant, l’introduction récente du décret 2893 a suscité des inquiétudes au sein de la communauté forestière. Ce décret propose de supprimer le financement du Fonds forestier national, en redirigeant 50 % de ses ressources vers les aires protégées privées existantes. Selon Ulrich, “cette mesure affecterait considérablement les projets en cours et futurs qui dépendent de ce financement, désavantageant les communautés et les producteurs de l’intérieur par rapport aux bénéficiaires concentrés dans les zones métropolitaines comme Resistencia”.

Un appel à l’action

Depuis l’APIF, Ulrich a lancé un “appel urgent aux autorités pour qu’elles reviennent sur cette décision et veillent à ce que le Fonds forestier national continue de remplir sa mission initiale de conservation et de développement durable”. Insistant sur le fait que même s’ils soutiennent la création d’aires protégées, “cela ne doit pas se faire au détriment des ressources destinées à ceux qui en ont le moins et qui dépendent le plus de ces fonds pour survivre”.

Futur incertain

Malgré tout cela, l’incertitude persiste alors que les autorités réfléchissent à l’impact potentiel du décret 2893. Pendant ce temps, les communautés rurales et les producteurs forestiers du Chaco attendent avec inquiétude les décisions qui détermineront l’avenir de leurs forêts et de leurs moyens de subsistance.

En résumé, soulignent-ils, « la bataille pour le Fonds forestier national n’est pas seulement une question environnementale, mais aussi une question économique et sociale pour le Chaco. « La répartition équitable de ces ressources est essentielle pour garantir un avenir durable à tous ceux qui dépendent des forêts indigènes de la région. »

Actualités du portique

-