« Accepter les comportements sexistes, c’est valider la violence contre les femmes » » PRENSA LIBRE CASANARE

-

Le Tribunal administratif de Casanare a déclaré la nullité partielle du procès-verbal n° 001 de 2024, qui a constaté l’élection des commissions permanentes de l’Assemblée départementale pour la période en cours. Cette décision repose sur une discrimination fondée sur le sexe qui a limité la participation des femmes députées à une seule commission : la Commission pour l’égalité des femmes.

La plainte a été déposée par la représentante Luz Mery Niño Chaparro, qui a affirmé que cette restriction violait ses droits en la reléguant exclusivement dans un domaine spécifique, reproduisant des stéréotypes qui se méfient de la capacité des femmes à aborder d’autres questions cruciales pour le développement du département.

L’arrêt souligne que la décision de l’Assemblée départementale a perpétué des stéréotypes discriminatoires, constituant une violence sexiste symbolique en rendant difficile aux femmes d’exercer pleinement une activité politique. Cette limitation affecte non seulement une représentation équitable au sein des commissions, mais décourage également la participation politique des femmes en générant des sentiments de frustration et d’impuissance.

En plus de déclarer la nullité partielle du procès-verbal, la Cour a déclaré l’exception d’inconstitutionnalité de l’expression « députés » de l’article 54 du Règlement Intérieur, qui excluait explicitement les femmes députées des autres commissions. Cette mesure implique l’inclusion obligatoire de femmes députés dans toutes les commissions de l’Assemblée, garantissant une représentation plus équitable et respectueuse des droits des femmes dans la vie politique départementale.

Bien que les demandes de réélection et de certification des copies aient été rejetées comme étant irrecevables, la Cour a ordonné à l’Assemblée départementale de publier l’arrêt sur son site Internet pour une large diffusion.

Cet arrêt crée un précédent important dans la lutte contre la discrimination fondée sur le sexe dans les organes de représentation politique, soulignant l’engagement de l’État en faveur de l’égalité matérielle et de la réalisation effective des droits des femmes dans tous les domaines de la société.

Les Commissions élues en janvier

Première Commission : Plan de développement, questions minières, énergétiques et développement économique

Juan Fernando Mancipe Pérez, Wilder Andrés Ávila, Heyder Alexander Silva, Luis Alejandro López et Omar Ortega.

Président : Juan Fernando Mancipe

Vice-président : Wilder Avila Tibabija

Deuxième Commission : Budget et Finances Publiques

Omar Ortega, Heyder Silva, Luis Alejandro López, Eduardo Antolines et Germán Pinzón

Président : Omar Hernando Ortega

Vice-président : Heyder Alexander Silva

Troisième Commission : Éducation, Santé et Développement Social

Eduardo Antolines, Heyder Silva, Luis Alejandro López, Germán Pinzón et Henry Jhooney Pérez.

Président: Eduardo Antolines Pan

Vice-président : Heyder Alexander Silva

Quatrième Commission : Éthique, affaires gouvernementales et institutionnelles

Wilder Andrés Ávila, Juan Fernando Mancipe, Eduardo Antolines, Jorge Eduardo García et Henry Jhooney Pérez.

Président : Wilder Avila Tibabija

Vice-président : Juan Fernando Mancipe

Cinquième Commission : Commission pour l’égalité des femmes

Juan Fernando Mancipe, Wilder Andrés Ávila, Omar Ortega, Luz Mery Niño et Marisela Duarte.

Présidente : Marisela Duarte Rodríguez

Vice-présidente : Luz Mery Niño.

-