Le tir à l’arc et le plongeon cubains ajoutent des quotas olympiques

Le tir à l’arc et le plongeon cubains ajoutent des quotas olympiques
Le tir à l’arc et le plongeon cubains ajoutent des quotas olympiques
-

La Havane, 17 juin (ACN) Le tir à l’arc et le plongeon ont ajouté des places pour les Jeux olympiques de Paris 2024, grâce à Hugo Franco et Prisis Leydis Ruiz, qui sont devenus les numéros 44 et 45 cubains avec des places assurées dans la délégation qui assistera à l’événement multisports parisien.

L’édition numérique de la publication sportive JIT a rapporté aujourd’hui que la Direction de la Haute Performance de l’Institut National des Sports, de l’Éducation Physique et des Loisirs (Inder) a offert l’information après que les deux aient terminé avec succès les processus de qualification conçus pour leurs sports respectifs.

Franco a obtenu son billet pour le tournoi final de qualification olympique de tir à l’arc 2024, organisé dans la ville turque d’Antalya, dernière opportunité d’obtenir des billets individuels et par équipe.

L’homme de Pinar del Río a pris la place puisqu’il s’est qualifié pour les demi-finales de la catégorie arc classique, obtenue grâce à la victoire 7-3 sur l’Iranien Faez Mohammadizardkhaneh.

Déjà avec l’espace réservé à la joute sous les cinq anneaux, il a perdu 1-7 contre Sagor Islam Md, du Bangladesh, mais a ensuite battu le Vietnamien Phong Le Quoc 6-2 dans le duel pour la médaille de bronze.

Franco, vainqueur de trois médailles de bronze aux Jeux d’Amérique centrale et des Caraïbes à San Salvador 2023, avait déjà cherché à se qualifier pour l’événement de la capitale française lors de la compétition continentale organisée en avril dernier dans la ville colombienne de Medellín.

Avec sa dernière performance, le capitaine de l’équipe masculine devient le huitième Cubain à concourir dans une épreuve olympique, puisque les premiers à avoir ce privilège ont été Juan Carlos Stevens, Ismely Arias, Yaremis Pérez et Edisbel Martínez, qui ont participé à l’édition de Sydney 2000. .

Quatre ans plus tard, à Athènes, Maydenia Sarduy a joué, Stevens a répété son expérience à Pékin 2008 – avec une cinquième place enregistrée comme le meilleur résultat historique – et à Londres 2012, et Adrián Puentes a lancé les dernières flèches à Rio de Janeiro 2016, souligne JIT.

La bonne nouvelle pour Prisis est venue des bureaux de Wold Aquatics une fois que l’attribution des places pour l’épreuve individuelle du tremplin de trois mètres a été conclue et officialisée.

Elle, originaire de la province orientale de Santiago de Cuba, attendait le statut officiel en raison de sa bonne position au classement mondial, après avoir terminé à la 16e place au championnat du monde de sports aquatiques organisé à Doha, au Qatar, en février.

“L’officialisation a été reçue par le Comité olympique cubain et nous attendons que quelque chose de similaire se produise avec Anisley García, lorsque le processus se terminera sur la plateforme”, a expliqué Milagros González, commissaire nationale aux sports.

Vainqueuse du tremplin de trois mètres aux Jeux d’Amérique centrale et des Caraïbes de San Salvador 2023, Prisis va maintenant vivre sa première expérience olympique et marquera le retour des femmes cubaines dans cette épreuve.

Dans cette modalité, la dernière incursion remonte à 24 ans, lorsque Joana Cruz était l’une des candidates au titre correspondant à Sydney 2000. Huit ans plus tard, à Pékin, la précédente participation d’une plongeuse cubaine avec Annia Rivera à la plateforme test.

-