Pour le PJ, la renégociation des concessions d’hydrocarbures menée par Weretilneck n’est pas claire

-

Le parti Justicialista de Río Negro a exprimé son inquiétude face à la nouvelle renégociation des concessions d’hydrocarbures menée par le gouverneur Alberto Weretilneck.

Dans une déclaration, ils soulignent textuellement que : “Face à une nouvelle avancée, l’exécutif provincial entend s’octroyer la totalité du pouvoir pour définir la continuité de la politique énergétique et des hydrocarbures. A travers le projet N 635-24 présenté au Parlement de la Province, le Gouverneur dissimule a NOUVELLE RENÉGOCIATION DES CONCESSIONS D’HYDROCARBURES, dans l’hypothèse d’une simple prolongation des termes des concessions, demande l’autorisation au Secrétaire d’Énergie et Environnement de la province de définir l’avenir des Concessions d’Hydrocarbures pour les dix prochaines années.

Sous la prétendue procédure d’«extension», les renégociations des clauses des contrats en cours sont cachées, modifiant les termes et conditions des concessions d’exploitation et d’exploration des zones d’hydrocarbures, permettant au gouverneur, par l’intermédiaire du secrétaire à l’énergie, de modifier et même de cautionner les redevances, les frais, taxes, obligations et renégocier tous les engagements convenus dans les concessions actuelles en négociations directes avec les entreprises et en modifiant la répartition des revenus, portant gravement préjudice aux municipalités, principalement aux producteurs, SANS AUCUNE DIRECTIVE OBJECTIVE.

Nous assistons à un processus qui va au-delà d’une simple prolongation de la durée des concessions, où les procédures ne sont pas claires, mais nous manquons absolument d’informations disponibles pour élaborer ce type de définitions qui compromettent notre avenir, dans une des activités productives les plus importantes. pertinence pour la province. Les lois qui garantissent l’accès à l’information publique n’ont pas été respectées, la situation des concessions actuelles n’est pas précisée, si elles ont rempli ou non leurs plans d’investissement et leurs engagements de réhabilitation environnementale. Nous ne savons pas quels critères objectifs seront utilisés pour déterminer ce que l’on appelle le « Bonus d’Extension », quels seront les bonus, taxes, engagements qui seront imposés, supprimés ou imposés des réductions, et qu’en fin de compte il est proposé d’être répartis entre les communes, l’incertitude étant totale quant aux autres impôts convenus dans les concessions actuellement en vigueur.

Les municipalités seront affectées par les pouvoirs qui devraient être donnés au gouverneur pour cautionner les redevances, les frais, les taxes, les obligations et renégocier tous les engagements convenus dans les concessions actuelles. Ces décisions ont vocation à être élaborées unilatéralement mais, s’agissant de ressources partagées, les collectivités locales seront celles qui souffriront le plus des impacts de ces « accords », réduisant ainsi leurs revenus mensuels. Parce que s’il y a quelque chose qui est clair dans le projet, c’est la nouvelle façon de distribuer les fonds reçus, avec la certitude que ce n’est qu’en ce qui concerne ce que l’on appelle le “Bonus d’Extension” et si on le compare avec le “fixe bonus” des renégociations précédentes, il entend le distribuer avec des pourcentages bien inférieurs à ceux que les communes productrices de pétrole ont toujours obtenu, leur nuisant gravement, ajouté au fait que parmi les autres cotisations, primes et avantages actuellement en vigueur, le le projet ne reflète que le silence et l’incertitude.

Pour ces raisons, de notre parti, nous accompagnons et soutenons les efforts de nos maires et maires, qui exigent des ressources qui correspondent à leurs territoires et à leurs habitants et nous attendons du gouvernement la volonté de reconsidérer le schéma de répartition et de ne pas avancer. la construction de mécanismes de décision unilatéraux qui ne font que remettre en question la transparence des processus.

Enfin, et face à l’énorme crise de l’emploi et à la récession que traversent notre pays et notre province, nous dénonçons que le projet en cours d’analyse supprime, par rapport à la réglementation en vigueur, les engagements envers les entreprises concernant l’embauche de main-d’œuvre locale (c’est éliminé l’engagement établi à 80 %) et élimine l’engagement d’acheter local. Il s’agit d’un impact énorme pour nos citoyens, qui espèrent que les investissements et le développement de nos ressources naturelles déboucheront sur des opportunités d’emploi, d’insertion et d’amélioration de la qualité de vie, mais c’est aussi un coup très dur pour les PME et les entreprises locales et régionales. et au développement de nouvelles entreprises susceptibles de croître en lien avec le développement de l’activité des hydrocarbures à Rio Negro.

En tant que force politique qui cherche à améliorer les conditions de production et d’insertion de notre province dans le pays, qui défend l’emploi, le travail et la production à valeur ajoutée comme axes centraux du développement de notre peuple. En tant que force politique qui comprend, dans une perspective d’avenir, la valeur stratégique des richesses de notre sol et le potentiel qu’ont les décisions qui sont aujourd’hui censées être prises entre le coq et minuit pour la prochaine décennie, nous proposons que RIEN DE BON NE PEUT ÊTRE GÉNÉRÉ À PARTIR DE PROCESSUS QUI NE SONT PAS ILS SOUTIENNENT DE MANIÈRE TRANSPARENTE ET CLAIRE, SANS INFORMATION, SANS RIGUEUR TECHNIQUE QUE LE SECTEUR DES HYDROCARBURES EXIGE ET SURMONTER LA PARTICIPATION MUNICIPALE ET CITOYENNE. Nous exhortons également le gouverneur Alberto Weretilneck à convoquer, le cas échéant, l’actuelle commission de renégociation des contrats pétroliers, à appeler les citoyens en général et en particulier les maires qui verront les ressources municipales affectées, à travailler collectivement, comme nous l’avons déjà fait dans notre province au cours du processus de renégociation antérieurs, pour établir des paramètres, des critères et des normes clairs afin que les revenus de l’activité des hydrocarbures et leur distribution dans notre province aient la transparence et la légitimité qu’une activité aussi pertinente et stratégique mérite pour promouvoir le développement provincial et municipal de manière collective et équitable “.

-