Josefina de Ávila, pionnière des sciences humaines à San Luis Potosí

-

LE CRONOPIO

Il y a quelques années, nos chers amis de Sonora nous ont rendu visite à San Luis Cony Moreno et Luis Alfonso Domínguez, dont nous avons déjà parlé dans cette chronique dans des articles précédents et qui est malheureusement décédé l’année dernière. Luis Alfonso venait de prendre sa retraite et représentait la communauté des retraités du syndicat des professeurs de l’Université de Sonora.. Lors de votre visite, Ce couple appréciable avait prévu un voyage à Santa María del Río pour aller chercher un professeur également retraité de l’Université de Sonora (Unison). et cela avait été le fondateur du syndicat des travailleurs universitaires Unison. De plus, elle était considérée comme l’un des professeurs importants de l’Université de Sonora, etProfesseur émérite dans le domaine de la littérature et illustre chercheur national. Luis Alfonso nous a dit qu’il était originaire de Potosí et qu’il était arrivé à Sonora en 1968 à l’École d’études supérieures, aujourd’hui Département de Lettres et Linguistique, où il a réalisé un travail académique exceptionnel. L’enseignant en question est Dr Josefina de Ávila Cervantes.

Il envisageait apparemment de rester dans son pays natal et de poursuivre ses études. La mort de sa sœur et le manque d’écho de ses revendications et un certain rejet l’ont obligée à retourner à Sonora pour vivre sa vie de retraite.

Le Dr Josefina de Ávila a été l’une des étudiantes pionnières de la défunte Faculté des sciences humaines de l’Université autonome de San Luis Potosí ; En fait, elle pourrait être considérée comme la première femme diplômée de cette faculté.puisqu’il terminerait ses études en 1959 puis la Faculté disparaîtrait en 1962. Il entre à la nouvelle Faculté des sciences humaines de l’UASLP pour étudier la littérature espagnole en 1955. s’inscrivant également à la faculté de droit de l’UASLP. Sa vocation était d’écrire et de faire du droit pour plaire à son père qui voulait devenir avocat. Elle terminera sa carrière littéraire en 1959, obtenant un diplôme et une maîtrise en langue et littérature espagnoles.. Après avoir terminé ses études à la Faculté des Sciences Humaines de Potosí, il poursuit ses études à l’Université Nationale Autonome du Mexique où il obtient un doctorat en langue et littérature espagnoles.

Elle a été enseignante au lycée de l’UASLP pendant sept ans, puis a rejoint l’Institut National de Pédagogie et est devenue professeur.Professeur de lettres à l’Université de Sonora en 1968, où elle fut reconnue comme professeur émérite. Dans cette université, il a dirigé le projet Histoire sociale de la littérature sonoraine. Elle est l’auteur d’essais philosophiques, de critiques et conférencière d’innombrables conférences devant des groupes et des individus. Elle a également été directrice de théâtre et promotrice de musique et de peinture. En 1976, il fait partie du groupe fondateur de STAUS. Femme de conviction, elle participe en 1978 à la Repensation du Cursus de la majeure Lettres afin de consolider la création et la recherche littéraires.

bffc316f30.jpg
63ef56dc31.jpg

Collaborateur de la Revue des Sciences Littéraires, organisateur d’ateliers de composition. En 1993, son livre « La littérature comme science sociale » a été publié. ÀIl continue actuellement de rédiger et de contribuer à des propositions au profit de l’Université de Sonora. Enseignant engagé pour les meilleures causes et avec de fermes convictions.

Après avoir terminé ses études de licence et de maîtrise à l’UASLP, il obtient une bourse pour terminer son doctorat à Paris, qu’il interrompt en raison de problèmes personnels et retourne à San Luis en 1960. et est revenue comme professeur à la Faculté des sciences humaines où elle a été secrétaire générale. À la Faculté des sciences humaines, elle a enseigné des cours de littérature espagnole et a été étudiante en philosophie. cQuand survint la malheureuse disparition de la Facultéest allé à l’UNAM pour revalider ses études et poursuivre son doctorat.

OuiSon retour à San Luis n’a pas été très chanceux, il n’a pas trouvé d’espaces ni un environnement adéquat pour continuer son travail dans le monde des lettres. Dans une interview réalisée par Aleyda Gutiérrez Guerrero, et à partir de laquelle nous avons tiré la photographie qui accompagne cet épisode. Le Dr Josefina de Ávila souligne : « ensuite j’ai dit non, je ne suis plus en âge de conquérir qui que ce soit, de conquérir un public ou quoi que ce soit », a-t-elle déclaré à propos de certaines mauvaises expériences. « Mais je ne me considère pas attaqué, c’est pour ça que je n’ai pas d’ennemis, ils veulent m’attaquer et les voilà, je n’attaque personne ; Oui, je fais très attention, parce que ma langue est pointue, et quand elle devient pointue, je donne des coups qui traversent, c’est pour ça que je prends grand soin de moi.”

Le Dr Josefina de Ávila est née le 18 mars 1935 à San Luis Potosí, elle fut une professeure exceptionnelle à l’UASLP et l’un des personnages qui ont donné vie à la défunte Faculté des sciences humaines de l’UASLP. Fierté de la littérature espagnole qui exerce son travail dans le pays et qui vit heureuse dans l’État de Sonora qui l’a reçue à bras ouverts.

A lire aussi : Le propagateur des poètes paysans de Potosí | Chronique de JR Martínez/Dr. Éclair

-