les personnes concernées pensent que les fouilles voisines en sont la cause

les personnes concernées pensent que les fouilles voisines en sont la cause
les personnes concernées pensent que les fouilles voisines en sont la cause
-

Dans la nuit du lundi 17 juin, vers 22 heures, L’effondrement de trois bâtiments a été enregistréapparemment, en raison d’une fouille en cours dans le quartier 12 de Octubre, précisément sur la Calle 74 et la Carrera 50, dans la ville de Barrios Unidos.

Selon les critères de

L’effondrement, survenu dans un immeuble commercial où l’on vendait des tapis, Il a endommagé au moins deux autres sites, une église et une zone où des meubles et des matelas étaient distribués.

Le magasin de tapis a été le principal touché.

Photo:Mauricio Moreno. LE TEMPS

Il y avait un bâtiment moderne, mais ensuite ils se sont brisés et ont été creusés, ce qui a fait beaucoup souffrir la construction effondrée.

Selon les commerçants du secteur, lors de conversations avec VilleTVsur le site de l’effondrement, “il y avait un bâtiment moderne, mais plus tard, ils se sont cassés et ont fouillé, causant de grandes souffrances à la construction qui s’est effondrée”.

De même, l’un des entrepreneurs a déclaré que le magasin de tapis rencontrait des problèmes, étant donné que, par exemple, les bars étaient de plus en plus difficiles en avril. Dans le même temps, c’était déjà la deuxième fois que les fenêtres étaient remplacées car elles se cassaient sans raison ; cependant, Les responsables de la construction environnante ont pris en charge cette dépense.

“On voyait venir ce désastre, mais personne ne l’a signalé”a ajouté le commerçant.

Comme en témoignent les images enregistrées par le support susmentionné, le logement commercial a été divisé en deuxcausant de graves dégâts matériels.

Effondrement.

Photo:Mauricio Moreno. LE TEMPS

Selon ce qu’ont rapporté les pompiers officiels de Bogota, le 17 juin vers 22 heures, des policiers en uniforme depuis la station Ferias, avec le soutien des équipes USAR et des avions sans piloteest arrivé au secteur 12 de Octubre pour vérifier une défaillance structurelle de trois maisons.

De plus, mardi matin, la police est arrivée sur les lieux pour boucler la zone.

Puisqu’il s’agit d’un secteur commercial et non résidentiel, il n’y avait personne à l’intérieur des bâtiments au moment de l’effondrement. aucun blessé n’a été signalétel que rapporté par l’Institut de district de gestion des risques et du changement climatique (Idiger).

Plusieurs heures après l’apparition de l’urgence, le groupe de pompiers continue dans la zone bouclée pour assurer la sécurité des personnes résidant dans le secteur.

Que disent les personnes concernées ?

On les a prévenus et on leur a dit que la maison était très fragile et ils n’y ont pas prêté attention. Maintenant, nous en payons les conséquences, parce qu’ils nous ont ignorés

Pedro Sierrapropriétaire du magasin de meubles et de matelas, a déclaré au média susmentionné que pendant quinze jours la pelle rétro avait commencé à forer dans le solavertissant les responsables de la construction que ces travaux affectaient les maisons.

“On leur a dit que la maison était très fragile et ils n’y ont pas prêté attention. Maintenant, nous en payons les conséquences parce qu’ils nous ont ignorés”, a-t-il ajouté.

En fait, depuis les jours précédents, ils auraient déjà commencé à ressentir plus intensément les répercussions des fouilles, étant donné que Ils ont commencé à remarquer des fissures dans les locaux.

Les commerçants se sont retrouvés sans moyens de subsistance.

Photo:Mauricio Moreno. LE TEMPS

Les personnes touchées attendent que l’entreprise de construction et la société immobilière répondent des dommages causés, puisqu’elles se sont retrouvées à la dérive et sans soutien pour leurs familles. Sierra a expliqué que cela dépendait de la fabrication et de la vente des meubles.

De plus, ils ont mentionné que Les pertes se chiffreraient en millions et ils espèrent que les autorités enquêteront sur les causes précises.

DERNIÈRES NOUVELLES ÉDITORIAL

*Avec des informations de CityTV – Journaliste María Fernanda Díaz

-